Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les livres manquent-ils de couleurs... de peau ?

Lauren Muyumba - 21.06.2013

Ailleurs - Tanya Byrne - Diversité - Jeunes


Métissée anglo-guyanaise, Tanya Byrne se demande pourquoi il n'y a pas plus de romans qui parlent d'enfants de couleurs au Royaume-Uni. Parfois, ils ne se retrouvent pas dans les livres. Même les auteurs peuvent ressentir cette injustice, à l'image de cette écrivaine anglaise qui témoigne : "Je suis tellement habituée à lire des livres où les personnes ne me ressemblent pas, que je dois faire avec".

 

 

 

Sorti en mai 2013, son roman Follow Me Down a pour héroïne une adolescente d'origine nigérienne. Une façon de pallier au manque de diversité dans les livres pour enfants, spécialement en ce qui concerne les minorités comme les jeunes issus de parents immigrés. D'après elle, si l'on va dans un rayon de livres pour adolescents dans une librairie, on trouvera plus facilement "un livre avec un zombie qu'un avec une fille noire, ou toute autre personne qui n'est pas blanche en fait".

 

Récemment Malorie Blackman a soulevé les mêmes problématiques : « Je me souviens être allé dans une librairie et le seul livre que j'ai vu avec un enfant noir sur la couverture était Un voleur dans le village (Gallimard jeunesse) de James Berry et j'ai pensé : « Est-ce encore l'état de l'édition aujourd'hui ? » Ensuite, je me suis dit : « Soit je peux pleurnicher sur elle ou essayer de faire quelque chose. C'était une des raisons majeures pour moi de vouloir écrire des livres pour enfants parce que je voulais écrire tout les livres que j'avais raté quand j'en étais une ".

 

Une déclaration qui serait loin d'être aberrante à en voir les chiffres décrétés par une étude du CCBC (Cooperative Children's Book Center), organisation américaine liée à l'Université de Wisconsin-Madison : sur 3600 livres publiés en 2012, 3.3 % parlaient de noirs-américains, 2.1 % d'asiatiques,

1.5 % de latinos, et 0.6 % d'indiens.

 

 

 

 

Mais bonne nouvelle, en mars 2013, l'association First Book a annoncé son projet en faveur de la diversité culturelle au Clinton Global Initiative America. Pendant les deux prochaines années, l'organisme s'est engagé à soutenir les jeunes lecteurs venant de communautés défavorisées en leur permettant d'avoir accès à des milliers de livres divers et variés.

 

Au-delà de la couleur ou des origines, la même question peut se poser pour la représentation de toutes les différences, comme les enfants handicapés ou les adolescents homosexuels par exemple. 

 

Ce sentiment d'indifférence est-il partagé par les jeunes ? En tout cas, pour finir sur une note positive, notons que Les Histoires Sans Fin viennent d'annoncer une nouvelle publication du best-seller Niourk dont le héros est un enfant noir.



Les histoires sans fin