Pour faire lire les adolescents, facile : il faut de la littérature avec du sexe

Victor De Sepausy - 02.08.2017

Ailleurs - garçons lecture sexe - conseils livres sélection - Young Adult littérature


Comment faire lire les jeunes ? Plus spécifiquement : comment faire lire les jeunes ados ? Les statistiques les mieux documentées ne le cachent pas : les femmes lisent en général plus que les hommes. Et cette divergence se constate assez rapidement, dans la pré-adolescence. Alors que faire ? Du sexe, tout simplement.


IMG_9500A Sandro Botticelli. (Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi) 1444-1510. Florence. La Naissance de Vénus. The Birth of Venus. Florence. Le Printemps. 1480. Florence.    Musée des Offices.
Naissance de Venus, de Botticelli

 

Lemony Snicket, auteur des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, est auteur jeunesse. Mais il écrit aussi pour les jeunes adultes, sous son véritable nom : Daniel Handler. Dans le New York Times, il témoigne : lors des événements de son alter-ego jeunesse, la foule se divise entre garçons et filles, de façon égale. Mais lorsqu’il intervient comme auteur Young Adult, « si plus d’un garçon se présente [...], c’est remarquable, sinon miraculeux ». 

 

Et de conclure que tout se trame donc lors de la puberté. Lui-même se souvient de cette entrée dans l’âge ingrat : lecteur féroce, il garde cette image transitionnelle de la bibliothécaire qui l’a amené, de la section jeunesse, à celle de la littérature pour les grands. 

 

Évidemment, à cette époque – Handler est né en février 70 – il souligne que la littérature Young Adult n’était pas clairement identifiée. Elle était moins officiellement présentée. Et sans quelqu’un pour guider le jeune Handler « vers des lectures appropriées », explique-t-il, il s’est lancé dans la découverte des Fleurs du Mal de Baudelaire. C’est à partir de ce livre que les aventures de ses orphelins ont commencé leur existence.

 

« Je sais, c’est un cas spécial. Cependant, en tant qu’artiste homme, on me demande souvent comment je pense que l’on pourrait combler l’écart de lecture entre les adolescentes et les adolescents. »

 

Pour y répondre, l’auteur est revenu sur ses lectures et sa bibliothèque : de la littérature classique, des hommes, des femmes, de la traduction, des auteurs contemporains... Des livres « que j’aimais toujours et d’autres que je ne peux plus supporter, mais tous les livres avaient en commun quelque chose : ils étaient dégoûtants ».

 

Un peu de réalité sexuelle dans la littérature
 

Et de passer en revue des livres de Kundera, d’Oscar Hijuelos, ou encore d’Anais Nin. Pourquoi ? Eh bien, la vie sexuelle d’un personnage en Tchécoslovaquie, la débauche d’un musicien cubain et les nombreuses séquences de fellations qu’il propose, ou encore les relations lesbiennes.

 

Quelques exemples, parmi d’autres, qui démontrent que le sexe reste une valeur sûre. On enfonce certes des portes ouvertes, mais dans le même temps, inutile de se mettre la tête dans le sable et de faire l’autruche. « Il n’y a pratiquement pas de véritable scène de sexe dans la littérature Young Adult, et quand cela arrive, c’est largement exprimé à travers des rêves utopiques », poursuit Handler. Ou plutôt, pour présenter un monde idéal, plutôt que celui dans lequel nous vivons.
 

Les garçons lisent plus ces dernières années, et voudraient lire plus encore


« Mon nouveau roman dépeint la vie sexuelle émotive et hétéroflexible d’un jeune garçon – et j’aimerais que les jeunes le lisent. Mais il est publié comme un roman pour les adultes, en partie parce que les gardiens de la littérature jeunesse se moquent facilement de tout ce qui touche au sexe », conclut-il.

Ces mêmes conservateurs qui préfèrent « recommander des livres sur des ados qui se massacrent les uns les autres dans un univers post-apocalyptique, plutôt que des enfants qui se masturbent à la maison ».
 

En France, 10 % des adolescents ont des difficultés de lecture


A-t-on manqué la marche, à un moment ou un autre ? « N’avons-nous pas de choses plus redoutables à prendre en compte qu’une littérature sexuelle explicite, pour les jeunes », s’interroge Handler ? La misogynie rampante, les prédateurs sexuels, ne seraient-ils pas des sujets plus sérieux ? « Les livres que j’ai lus ado, avec du sexe et tout le reste, ont fait de moi un meilleur garçon, puis un homme meilleur, de même que la littérature fait de moi un meilleur mari, un meilleur père, un meilleur féministe. »

 

Alors ? Alors, facile : « C’est ce que je veux pour mon fils et pour les jeunes, quel que soit leur sexe. Ne dénigrons pas leurs intérêts. Donnons-leur des livres qui peuvent les stimuler. » 


 

Les désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire Tome 1 : Tout commence mal... – Lemony Snicket, trad. Rose-Marie Vassallo et Brett Helquist – Editions Nathan – 9782092524817 – 6,20 €



Les histoires sans fin