Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Shannon Hale : «Je fais face en permanence à l'idée que mes livres sont pour les filles.»

Fred Ricou - 05.03.2015

Ailleurs - filles - garçons - genre


Étrange déconvenue que l'auteur américaine Shannon Hale (Le livre des légendes – Hachette Romans) a rencontrée.

 

Alors que, comme d'habitude, elle se rendait dans un établissement scolaire pour parler de ses livres et de son métier d'écrivain, celle-ci est arrivée dans une salle pleine de… filles ! Aucun garçon n'était présent.

Devant son étonnement, Shannon Hale s'est vu expliquer que comme elle était une femme, que la plupart de ses héros étaient des héroïnes et qu'en couverture ou dans les titres il y avait régulièrement des princesses, cette rencontre était donc réservée aux… filles. Logique, quoi…

 

Chose étonnante, quand les élèves rencontrent un auteur « homme », tout le monde est invité ! Même les filles !

 

Sur son fil twitter, l'auteur s'est dite peu surprise : « Ce type de sexisme est devenu tellement normal. Je fais face en permanence à l'idée que mes livres sont pour les filles.»

 

 

Pour l'auteur, c'est une véritable ségrégation que de séparer les garçons des filles et surtout face à la lecture. Dire aux garçons que les livres avec « des filles » ne peuvent rien leur apporter, c'est extrêmement blessant pour eux !Et de rajouter, toujours sur son fil « Dans mon intervention à l'école, j'ai parlé franchement aux enfants sur cette inégalité : les filles peuvent lire ce qu'elles veulent, mais les garçons ont honte de lire des livres sur des filles. Lors de ma visite, j'ai demandé “Pourquoi pensez-vous que les garçons ont peur de lire un livre titré Princess Academy ?” Un garçon a crié : “Parce que c'est pour les filles !” C'était le même garçon qui avait chuchoté plus tôt qu'il voulait lire un de mes livres, The Princess in Black ».

 

 

Passablement énervée, elle ajoute : « Soyons clairs : je ne parle pas de sujets “pour les filles”. Je ne parle pas de nos différences corporelles. Je ne fais pas une intervention intitulée “Parlons de nos cycles menstruels !” »

 

Pour terminer, Shannon Hale compare l'édition aux autres domaines culturels : « Vous imaginez si les musées pour les enfants étaient distingués entre “zone pour garçon” et “zone pour filles” ? Inconcevable ! Pourquoi le faisons-nous avec les livres ? »

 

En soutien et pour appuyer ses dires, à l'occasion de la parution de son dernier livre, Gayle Forman (Si je reste – Oh ! Éditions) accompagnée de deux amies auteur, Libba Bray (Belles dans la jungle : manuel de survie à l'usage des miss en milieu hostile – Gallimard jeunesse) et Emily Lockhart (Le journal de Ruby Oliver – Casterman) se sont rendues la semaine dernière lors d'une rencontre avec leurs fans dans une librairie affublées d'énormes moustaches, histoire de provoquer le débat.

 



Les histoires sans fin