Tout garni ! ou La quête de la pizza québécoise...

Olivia Wu - 28.04.2017

Ailleurs - québéc pizza - numérique album - illustration Pastèque


L’audacieuse maison d’édition québécoise La Pastèque innove de nouveau avec le projet Tout garni ! Lancé en janvier 2017, Tout garni est un OVNI numérique interactif en jeunesse. Il offre 12 aventures interactives, et autant d’univers issus de l’imagination d’illustrateurs québécois de talent. Pour lier le tout, le récit a été écrit par André Marois, qui suit les pas d’Arthur le livreur de pizza. Chaque mois, un nouvel épisode est dévoilé jusqu’en décembre prochain.

 

Le projet est appelé tout garni comme la pizza. Pour mettre en contexte les lecteurs français,  on retrouve la pizza « toute garnie » surtout en Amérique du Nord. Elle est composée de champignons, de pepperoni (salami) et de poivrons verts. En anglais, l’expression équivalente est « all dressed ». Il n’y a pas d’équivalent en France. Dans le cas qui nous occupe, le projet est « tout garni » en raison de la diversité de style des créateurs et des médiums utilisés. 
 

Les illustrateurs ont eu accès à des outils numériques, tels la réalité virtuelle, l’animation ou le jeu. Le résultat est très éclaté et dynamique. Après 4 mois, le mélange des genres est réussi.
 

Quant à Arthur le héros, une livraison de pizza n’a jamais été aussi rocambolesque ! Elle démarre sous les pinceaux à l’aquarelle de Pascal Girard. Arrivé au 10 rue Truc, le livreur se rend compte qu’il n’y a pas d’appartement 9, l’adresse de la commande. Qu’à cela ne tienne! Il va trouver le mystérieux client en sonnant à chaque numéro de l’interphone.
 



C’est l’appartement 2 qui lui ouvre la porte. Il tombe sur une bande d’artistes et leur chat. Si la pizza ne leur est pas destinée, ils aimeraient bien la savourer. Ils aident tout de même Arthur en lui faisant un plan de l’immeuble. Il poursuit donc sa recherche en passant d’un logement à l’autre avec des habitants tout aussi affamés. Jusqu’à présent, il a découvert celui des enfants, la grotte des ours et l’habitation des survivalistes.

Chez les enfants, c’est l’occasion de jouer dans l’univers très doux et pastel de Geneviève Godbout, également la créatrice du bel album Rose à petits pois.
 

Dans la grotte des ours, on tombe sur des ours mal léchés et menaçants ! Rémy Simard a opté pour une exploration à 360 degrés de la sombre grotte et des animations rigolotes.
 



 

Quant au dernier épisode, il a lieu chez les inquiétants survivalistes et leur appartement autosuffisant, issus de l’imagination d’Isabelle Arseneault. Pour sa part, elle a choisi la technologie de la réalité virtuelle. Les réactions des lecteurs/internautes sont enthousiastes, malgré quelques couacs techniques qui ont été corrigés.  
 

Pour ce projet numérique et interactif, un montant de 200 000$ (env. 135 000 euros) a été investi, avec l’aide de l’État québécois, entre autres. On peut accéder à l’expérience Tout garni via un téléphone intelligent, un ordinateur et/ou une tablette. Lors du lancement, Frédéric Gauthier, éditeur à la Pastèque, disait en entrevue qu’il serait à la recherche de diffuseurs français. À bon entendeur, salut !
 

Pour livrer la pizza avec Arthur, c’est ici : http://toutgarni.telequebec.tv/
 



Les histoires sans fin