Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un livre jeunesse français fait polémique en Russie...pour un drapeau (MàJ)

Lauren Muyumba - 19.07.2013

Ailleurs - Russie - Extrêmiste - Alexandre Khinschtein


Comme annoncé par nos copains d'ActuaLitté, le contenu du livre de l'auteure française Sylvie Bednar, Les drapeaux du monde expliqués aux enfants, a été considéré 'extrémiste' par le député russe Alexandre Khinschtein. D'abord sorti en France en 2008, sans créer aucune polémique, l'ouvrage a été traduit et publié par la maison d'édition russe KompasGuide. Le plus étonnant dans l'histoire : le député va loin en souhaitant interdire la publication de l'ouvrage en Russie.

 

 

 

 

Le livre illustré est censé apporter aux enfants un peu de culture, en leur apprenant gentiment à reconnaître les drapeaux,  et en y ajoutant un brin d'histoire, tant qu'on y est. Bref, tout ce qui ne peut qu'être bénéfique pour les enfants. Outre le fait que le livre ne contient aucune revendication, la maison d'édition KompasGuide a pour habitude de collaborer avec des organisations humanitaires comme Amnesty International. Rien à caractère nationaliste donc.

 

Il en aura fallu peu pour éveiller les âmes nationalistes : le député Alexandre Khinschtein s'est offusqué de la phrase décrivant le drapeau lituanien : « Le rouge représente le sang du peuple lituanien versé pour la liberté dans les combats avec les envahisseurs russes et germaniques. » Il ne faudrait tout de même pas refaire l'histoire pour satisfaire la conscience de quelques-uns. Car il s'avère que les Russes sont bel et bien intervenus en Lituanie durant l'occupation allemande.

 

Des verts et des pas rouges, est-ce cela qu'il voulait comme drapeaux ? En réalité, ce que redoute le plus le député est que la phrase provoque la "russophobie" chez les enfants russes. Pour leur soi-disant protection, il préférerait ainsi ne plus voir le livre en vente dans son pays, ou bien l'interdire au moins de 18 ans. Si on le suit bien, ce serait donc un livre destiné aux adultes... Après tout, il est toujours bon de revoir sa géographie et ses drapeaux.

 

Reprenons notre sérieux. Ce cri de panique ridicule, on peut le dire, a eu des conséquences pourtant peu banales : des libraires russes refusent désormais de vendre le livre ou le renvoient à l'éditeur. Histoire de ne pas être dans le collimateur et ne pas risquer d'avoir le moindre rapport avec le fascisme. L'origine de cette crainte date du mois dernier, lorsque le journal Troud a publié un article intitulé : “Khinschtein a appelé fascistes les éditeurs de la littérature jeunesse".

 

Des restrictions renforcées en termes de contenu

 

En plus de cette polémique, une loi vient de paraître en Russie, qui ne va pas chouchouter la littérature jeunesse en la caressant dans le sens du poil. Depuis le printemps, cette loi multiplie les restrictions de publication de livres pour enfants. Toutes informations nuisibles au développement et à la santé de l'enfant, toutes mentions de gros mots, de violence, de sexualité ou de drogues, et tous livres remettant en question les valeurs de la famille ou l'autorité des parents, sont strictement interdits pour les moins de 18 ans.

 

Sachant que KompasGuide est l'une des rares maisons d'éditions russes à aborder des thèmes «tabous», ou un peu plus «crus» (mort, violence, terrorisme, nucléaire...), c'est à se demander si le livre de Sylvie Bednar n'est pas un simple prétexte utilisé par Alexandre Khinschtein pour avoir enfin quelque chose à redire à propos de cet éditeur.

 

En France, la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse comporte des interdictions du même genre, mais moindre :

 

Il ne doit y avoir «aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques.»

 

Et les drapeaux, y avaient-ils pensé aux drapeaux ? Heureusement, non.

 

 

Mise à jour : 

 

Suite à la lettre envoyée par Alexander Khinshtein au procureur de Moscou pour interdire la publication du livre, l'éditeur en chef des éditions KompasGuide, Vitali Ziusko, a témoigné du « véritable scandale parmi les internautes et les professionnels » que la réaction du député a engendré.

 

La semaine dernière, Vitali Ziusko a même dû se rendre au ministère de l'Intérieur pour expliquer les faits. Contacté par nos copains d'ActuaLitté, il explique : « Nous attendons une décision sous 30 jours pour savoir si le livre pour enfants sera interdit comme extrémiste ou non ». Si l'ouvrage est censuré, le risque encouru par l'éditeur n'est pas anodin : une amende en plus d'une peine de prison.

 

L'auteure de l'ouvrage, quant à elle, exprime son étonnement : « Les nombreuses relectures, corrections, et traductions de ce livre dans plusieurs langues n'ont jamais fait apparaître cette explication comme étant une aberration historique ». Pourtant, le député soutient l'idée que l'information sur le drapeau lituanien est inexacte.

 

Sylvie Bednar n'hésite pas à se remettre en question : « Les Russes, les Allemands et  les Teutons n'étant pas les seuls à avoir agressé la Lituanie, peut-être aurions-nous dû ajouter "entre autres"? », sachant que les faits historiques n'ont pas été détaillés, mais simplifiés pour rendre le livre accessible aux enfants.

 

Malgré le désarroi que suscite cette affaire, Les drapeaux du monde expliqués aux enfants ne serait pas un cas isolé. De plus en plus de contrôles ont lieu dans le secteur du livre jeunesse sous l'actuel régime de Vladimir Poutine. 

 

 

 

Couverture russe



Les histoires sans fin