Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un musée consacré à la littérature du Dr Seuss ouvre dans le Massachusetts

Fred Ricou - 06.06.2017

Ailleurs - Dr Seuss livres jeunesse - littérature jeunesse livres - littérature Dr Seuss musée


C’est une première, et d’envergure : l’État du Massachusetts accueille le premier musée au monde, dédié au bon Dr Seuss. Et ce, dans la ville de Springfield. L’établissement a ouvert ses portes au public le 3 juin – et déjà 2 000 personnes se sont massées, toutes équipées du chapeau du Chat Chapeauté.



 

 

C’est la ville où Theodor Seuss Geisel vit le jour, en 1904, qui accueille comme il se doit le musée consacré aux personnages et à l’œuvre. Sur près de 3 000 m2 d’exposition, on retrouve tout l’univers littéraire de l’auteur, avec ses jeux de mots, ses rimes, ses histoires et bien d’autres animations pour capter l’attention des enfants.

 

Au second étage, ce sont des souvenirs personnels qui sont regroupés et éditorialisés. On y retrouve des peintures à l’huile originales, une collection de chapeaux les plus farfelus qui soient, ainsi que des manuscrits originaux. Son mobilier figure également dans le musée, que ce soit la table à dessin, un canapé ou encore un fauteuil fétiche. 

 

 

 

 

Ce musée est le second hommage rendu par la ville à l’auteur : en 2002, elle avait inauguré dans ses jardins une série de statues de bronze commémoratives. Cinq de ses personnages les plus célèbres sont exposés au regard des promeneurs depuis lors. 

 

Le musée devrait attirer près de 100 000 visiteurs chaque année, et pour le maire, Domenic Sarno, l’occasion représente une opportunité incroyable : « Toute autre ville du pays doit être en train de baver d’envie d’avoir un musée consacré à un auteur de renommée mondiale comme le Dr Seuss. »

 

Springfield a célébré comme il se doit l’inauguration de cet établissement : « Bien des gens ne se rendent pas compte que c’est ici le lieu de naissance du docteur Seuss, et l’endroit d’où proviennent son inspiration et ses histoires. »

 

En France, ce sont les éditions Le nouvel Attila qui ont repris les droits pour la publication de ses livres. Et Stephen Carrière s’occupe lui-même de la traduction.

 

<

>



Les histoires sans fin