Une recherche universitaire devient un livre jeunesse sur les violences conjugales

Fred Ricou - 30.05.2018

Ailleurs - recherche universitaire - violence conjugale - livre jeunesse


Des chercheurs de l’université d’Ottawa, au Canada, sont allés à la rencontre d’enfants pour les faire parler de leur vie à la maison. Le résultat au bout de cinq années de recherches : un livre jeunesse, Il se prenait pour le roi de maison, sur les violences conjugales.

 


C’est un ouvrage collectif à plus d’un titre. De 2011 à 2017, une équipe de chercheurs est allée à la rencontre de 59 jeunes de 6 à 18 ans. Isabelle Côté, de l’Université de Laurentienne, et Simon Lapierre, de l’Université d’Ottawa, ont voulu affiner un portrait d’enfants vivants dans un contexte de violence conjugale. Ils ont rencontré, avec leurs équipes, les enfants et ont pu ainsi dessiner au mieux la situation.

 

Simon Lapierre explique : « Les enfants, quand ils vivent dans un contexte de violence conjugale, ils sont isolés, ils pensent qu’ils sont les seuls à vivre cette réalité. Dans ce sens-là, le livre pourra permettre de réaliser qu’ils ne sont pas les seuls, et du coup, ça devient moins difficile, moins tabou d’en parler ».

 
Ce sont les enfants qui ont demandé à ce que le travail de recherche soit connu du grand public et qu’il devienne un livre pour que, justement, d'autres enfants qui vivent ce genre de situation se sentent moins seuls. On estime qu’au Canada un demi-million d’enfants vivent dans ce contexte difficile, ce qui représenterait entre deux et six enfants par classe.

 

« Nous avons été étonnés de voir à quel point, pour ces enfants-là, participer à un projet comme celui-là était une source d'empowerment [autonomisation, NDLR]. Ils sortaient du projet avec l’impression d’avoir un peu repris du pouvoir sur leur vie, d’avoir pu contribuer et d’avoir pu aussi possiblement aider d’autres enfants qui vivent dans une situation similaire », ajoute également le chercheur.

 

Simon Lapierre et Isabelle Côté font tous les deux partie du collectif de recherche féministe anti-violence FemAnVi qui cherche à mobiliser, soutenir, et réunir les chercheur.e.s, les étudiant.e.s, les intervenant.e.s et les militant.e.s contre la violence faite aux femmes.

 

C’est l'illustratrice Élisabeth Eudes-Pascal qui a proposé que les citations des enfants soient représentées par des animaux. Selon elle, l’utilisation des animaux est un choix qui facilite la représentation des différentes expériences vécues par les enfants. La co-autrice Isabelle Côté est également de cet avis « Les quelques enfants qui ont eu la chance de voir le livre ont beaucoup apprécié, donc, avec le recul, c’était le bon concept ».

 

Stop au sexisme dans l'édition : un plan
d'action Égalité est lancé


Ce sont les éditions du Remue-Ménage à Montréal qui éditent donc Il se prenait pour le roi de maison. D’après La Gazette d’Ottawa, les coûts de production ont été réduits au minimum pour que le livre soit le plus accessible possible.

 

Il se prenait pour le roi de la maison ! : des enfants parlent de la violence conjugale - paroles recueillies par Simon Lapierre et Isabelle Côté – Éd. Remue-Ménage – 9782890916326 – 11 € - Distribution D.N.M

via Radio Canada, Uottawa



Les histoires sans fin

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.