Avec Explore Docs, Google impose-t-il la pensée unique de l'algorithme ?

Par Nicolas Gary, le 27.01.2017

ÉDITO – La technologie a vocation à changer notre vie, la simplifier. La rendre douce et légère, à l’excès. Google, pour ne pas le citer, propose depuis quelques mois une fonctionnalité assez impressionnante : Explore Docs. Une barre apparaît désormais à la droite de tout document ouvert dans Google Docs, invitant le rédacteur à puiser, abondamment, dans des ressources suggérées par Google.

 

La tentation de Saint-Antoine de Bosch, entre 1495 et 1515

 

 

Les utilisateurs de Google Docs ont découvert fin septembre 2016 l’outil Explore in Docs. Il est diaboliquement pratique : en analysant un fichier (texte, présentation, etc.), il propose des liens en relation avec les sujets évoqués – qui sont même traduits dans la langue de l’utilisateur. Plutôt sympa, cette manière d’enrichir ses travaux.

 

Autre avantage : il ajoute des images et photos en lien avec les sujets, que l’on peut alors intégrer d’un simple clic, en drag and drop. Jouissif. Et enfin, il suggère des recherches complémentaires, susceptibles toujours de compléter le sujet d’étude. Quelle merveille !

 

Ce qu’il est important de noter, c’est l’absolue facilité d’utilisation de cet outil. Ce qu’il est crucial de remarquer, c’est que deux utilisateurs d’un même document auront exactement les mêmes résultats proposés. Enrichir, certes, mais en nivelant tout le monde avec les résultats automatiquement suggérés par l’algorithme.

 

 

 

On a poussé l’ingéniosité jusqu’à faciliter la violation du droit d’auteur – pour les photos – ou encore le copier-coller, dans des proportions encore jamais atteintes. Non seulement, en fonction du sujet traité, les résultats affluent, et encouragent donc l’utilisateur à puiser directement – la loi du moindre effort est de sortie. Mais surtout, le dynamisme de l’outil est tout bonnement bluffant.

 

On s'interrogera malgré tout sur l'aspect biaisé que Google Docs pourra apporter à un texte rédigé dans sa page : en mettant à disposition des liens vers des pages bien référencées dans les résultats de recherche de son moteur, Explore Docs pourrait tout simplement faire glisser les auteurs vers une forme de pensée unique, ou en tout cas standardisée.

 

 

 

Bien entendu, Google est une société neutre, et n’a pas à alerter les utilisateurs de ses outils des risques qu’implique la contrefaçon. De même, cet édito est totalement alarmiste et démontre que son rédacteur n’éprouve à l’égard de l’humanité qu’une confiance relative – dans un monde où un candidat à la présidentielle est soupçonné de plagiat, rappelons-le.

 

Quand reproduire des passages de l’encyclopédie Wikipedia, copier des extraits de documents diffusés sur la toile s’effectue en 2 temps 3 clics – et que nombre d’auteurs ne s’en privent pas –, pourquoi ne pas abonder dans ce sens ? Explore Docs n’est pas plus nuisible qu’un couteau, après tout, seul l’usage changera la fonction...

 

Ne résistons alors pas à citer Le temps des algorithmes de Serge Abiteboul et Gilles Dowek. « Une solution intermédiaire, entre la prise de décision par un algorithme et par un être humain, est celle d’une prise de décision hybride, l’être humain étant “conseillé” par un algorithme. Une telle solution a cependant l’inconvénient de déresponsabiliser l’être humain, qui peut désormais invoquer le mauvais conseil de l’algorithme pour justifier sa mauvaise décision. » (Éd. Le Pommier)

 

Explore Docs peut aussi être désactivé, ce qui reste un avantage indéniable de tous les outils informatiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêts En savoir plus et paramétrer les cookies. Accept