A boire et à manger (ou comment j'ai mangé une madeleine de Proust)

Clément Solym - 28.01.2012

Bande Dessinée - gourmet solitaire - boire - manger


Parler de cuisine dans une BD, c'est un peu comme parler de peinture à la radio : il manque quelque chose... En plus, aussi bien dessiné soit-il, le plus raffiné des plats a l'air tout à fait vilain ! Bon, ça n'a pas découragé tout le monde : « En cuisine avec Alain Passard » de Christophe Blain (Gallimard) est le portrait au jour le jour d'un créateur de goûts, un vrai novateur flamboyant et spectaculaire, et de ses collaborateurs forcément en extase devant leur patron.


Avec BDfugue

 




C'est la description d'un monde où les chefs se prennent pour des artistes, un monde où le moindre plat coûte au minimum un bras et un œil, un monde bien loin de nous, pauvres mortels n'ayant pas un solide compte en banque !!!


On peut aussi parler nourriture d'une façon plus simple et beaucoup plus drôle... Depuis 2009, Guillaume Long propose un blog mariant gastronomie et bandes dessinées sur le site du journal Le Monde, dont voici la substantifique moelle sous forme d'un album bien rempli - plus de 140 pages ! - intitulé A Boire et à Manger (Gallimard).

 

à boire et à manger

A boire et à manger

sur BDfugue.com

Le titre en résume le propos aussi bien que la forme : on y parle de ce qui se mange et se boit en donnant des recettes avec des astuces pour les réussir ; on y parle des restaurants testés au fil des voyages, on égrène des souvenirs d'enfance - une fois encore, tout vient de là - bref, on y fait rimer liberté et plaisir (ça ne rime pas, mais tant pis) au gré de l'inspiration !


Guillaume Long aime beaucoup manger... et manger beaucoup : pourtant, un voyage en Hongrie va lui faire toucher ses limites, car là-bas dans les restaurants, les portions sont énormes (et en plus, c'est bon) ! Guillaume Long est un gourmet... et un gourmand : il n'y a pas de mauvais produit, à condition de bien le préparer.


Guillaume Long aime rire... et rire de lui : on est entre copains et on ne ramène pas sa science, même si elle est bien réelle !


Que vous soyez pratiquant chevronné ou complet néophyte, vous êtes assurés de trouver votre bonheur. Même le dessin, dans son côté rudimentaire - mais très expressif - attire la sympathie !!!


Un livre qui conduit à réfléchir sur ce qui vous fait vraiment du bien dans la vie : en plus d'être un livre de cuisine, un ouvrage philosophique ? 


Je ne sais pas si Jiro Taniguchi voulait quant à lui faire œuvre de philosophe en réalisant Le Gourmet Solitaire (Casterman) mais il y est parvenu, en mêlant la déambulation péripatéticienne et la gastronomie !


le gourmet solitaire

Le gourmet solitaire, 

sur BDfugue.com

Le scénario de Masayuki Kusumi tient sur un timbre-poste : monsieur Inogashira, cadre dans le prêt-à-porter, profite de sa pause déjeuner ou de ses déplacements professionnels pour casser la croûte...


Oui, c'est tout ! Et la magie opère... 


On s'en doutait, le Japon fourmille de petits restaurants sympas et la cuisine asiatique est très variée, pourtant notre "héros" s'en tient aux fondamentaux de la nourriture nippone (ou coréenne parfois) et il éprouve un bonheur immense...


Le dispositif narratif ? Pour chacun des chapitres, un lieu, un plat et le prix payé !!! Mais surtout les réflexions d'Inogashira sur les autres consommateurs, le quartier qui a bien changé, le simple plaisir des sens. 


On retrouve dans ce manga la tonalité nostalgique propre à Taniguchi, la méditation sur le temps qui passe et le moyen d'en ralentir le cours, le tout servi par un dessin net et apaisé...


Comment dit-on "madeleine de Proust" en japonais ?