medias

A la guerre comme à la guerre

Clément Solym - 24.11.2012

Bande Dessinée


Peut-on se risquer à raconter avec émotion et précision l'histoire d'un de ces jeunes hommes apprenant le métier de soldat à la fin du deuxième conflit mondial en vue de porter le coup de grâce à l'Allemagne nazie ? Assurément, mais peut-on le faire sans démériter après le formidable livre qu'est La guerre d'Alan (L'association) d'Emmanuel Guibert ? Oui, et Scott Chantler nous le prouve avec Deux généraux (La pastèque) ! 

 

 

La Chronique BD de BDfugue.com

 

 

 

 

 

Petit-fils du Lieutenant-colonel Law Chantler, l'auteur se propose de retracer par le menu la vie de son grand-père. Né en Ontario au Canada, son existence n'a rien de saillant jusqu'en 1940. Elle est seulement troublée par la crise économique mondiale, cette crise qui en Allemagne porte au pouvoir Adolf Hitler et précipite le monde dans la guerre. Comme beaucoup de Canadiens, Law Chantler s'enrôle. 

 

deux généraux

Deux généraux de Scott Chanler

chez BDfugue.com

Il entre à l'école des officiers, puis en 1942 dans un régiment d'infanterie. Il y fait la connaissance de Jack Chrysler qui devient son meilleur ami et le témoin de son mariage. Un an plus tard, ils s'embarquent pour l'Angleterre afin d'y parfaire leur formation. C'est l'occasion d'un certain choc culturel : la séquence où les deux hommes s'interrogent sur le fonctionnement d'une chasse d'eau typically british est fort cocasse !!! 

 

Leur séjour n'est pas précisément touristique : c'est marche ou crève. Et en plus, il pleut (presque) tout le temps... Plus l'on se rapproche du moment d'être envoyé sur le front, plus l'entraînement devient exténuant et se rapproche des conditions de guerre réelles. Tout cela nous est énuméré sans que l'on s'en lasse, grâce à un dessin clair et soigné, ainsi qu'une bonne dose d'humour !

 

L'incorrigible Don Juan qu'est Jack Chrysler décide de se marier, peu de temps avant le déclenchement de l'opération "Overlord", nom de code désignant le débarquement des forces alliées en Normandie. 

 

Ce débarquement, nous le vivons au côté des officiers et soldats du Highland Light Infantry of Canada, dans un déroulement qui m'évoque plus d'une fois le film "Le jour le plus long". On retrouve ce mélange très réussi de scènes spectaculaires et plus intimes, ce mix d'émotions et de d'absurdités, parfois de drôlerie involontaire. 

 

Deux généraux décrit sur un grand nombre de pages l'attaque du village de Buron, qui doit permettre de dégager la route vers Caen. Ce petit coin de Normandie devient le théâtre d'un carnage total, où Jack Chrysler se trouve tué parmi tant d'autres... Law Chantler finit la guerre en Allemagne, et poursuit une belle carrière militaire jusque dans les années 60.

 

Jeangot t.1 ; Renard manouche

Jeangot de Sfar et Ouberie sur

BDfugue.com

Dans une ambiance délicatement sépia et un dessin d'une douce simplicité, ce récit est un hymne au courage et à l'amitié, avec en exergue le poème de Thomas Gray, Elégie écrite dans un cimetière de campagne. 

 

 

Et jetez un coup d'œil à celui-ci... 

 

Joann Sfar m'intéresse autant qu'il m'agace ! Il a de telles facilités que le n'importe quoi narratif ou la surcharge graphique ruinent parfois ses projets. Mais rien de tel dans le tome un de Jeangot (Gallimard) 

 

C'est clair même si les digressions ne manquent pas, et joyeusement fantaisiste. Un superbe hommage rendu à Django Reinhardt, d'une façon absolument pas convenue.

 

Avec le merveilleux Clément Oubrerie au dessin !

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.