Avant l'euphorique Angoulême : BD, critique est aisée et art est difficile

Clément Solym - 21.01.2012

Bande Dessinée - dessinateur - parcours - creation


Ne dites pas à ma mère que je suis dessinateur de BD, elle me croit pianiste dans un bordel... Je pastiche là le titre d'un livre bien connu et j'exagère un peu, mais je citerais volontiers René Goscinny. L'homme disait qu'à une certaine époque, la profession d'auteur de bandes dessinées était ignorée de la plupart des gens et méprisée par les rares qui la connaissaient ! 


Avec BDfugue

 

 



L'hiver du dessinateur de Paco Roca (Rackham) nous ramène à cette période de la fin des années cinquante et plus précisément en Espagne : le pays n'est plus accablé par les conséquences de la guerre civile - haines recuites et crise économique - mais Franco semble inamovible, il impose la dictature politique et une censure étouffante. 


Cependant et comme partout en Europe, la société de consommation pointe son nez et d'habiles entrepreneurs connaissent le succès...


Editorial Bruguera, maison d'édition assez comparable aux Dargaud, Dupuis et autres Casterman pour sa structure familiale et sa gestion paternaliste publie des illustrés, romans et revues en rétribuant correctement ses collaborateurs. 

 

l'hiver du dessinateur

L'hiver du dessinateur, 

sur BDFugue.com

En contrepartie, nos amis dessinateurs abandonnent tous leurs droits d'auteur, la propriété de leurs personnages et subissent un contrôle tatillon et infantilisant de leur travail ! Excédés, cinq d'entre eux décident au printemps 1957 de claquer la porte et de fonder leur propre revue, "Tìo Vivo". 

 

Ils sont vite rattrapés par la réalité économique... et les magouilles des responsables d'Editorial Bruguera qui craignent un effet de contagion !!! L'hiver du dessinateur est le charmant hommage de Paco Roca à ces forçats du crayon qui ont enchanté son enfance et attisé sa curiosité : à quoi ressemblaient ces hommes ? Comment travaillaient-ils ? 

 

Dans un style très "ligne claire" qui reflète si bien cette période, Roca se sert beaucoup de plans fixes - parfois sur une planche entière - accentuant cette impression d'assister à une pièce de théâtre un peu désuète ! 

 

Pas de fantaisie dans les bureaux de rédaction (on est loin de ce que vivaient les Franquin, Peyo et Roba sous l'autorité bienveillante d'Yvan Delporte chez Dupuis !) mais de la camaraderie et beaucoup de solidarité.



Tout ce petit monde est dirigé par un très intéressant personnage, Rafael Gonzàlez, ancien journaliste persécuté par le régime franquiste devenu le responsable du département BD : créatif et perfectionniste, il impose une discipline de fer bien à l'image du gouvernement de son pays !!! 


julio ribéra ; la trilogie

Julio Ribéra, la trilogie

sur BDfugue.com

À la même époque, Julio Ribéra connaît lui aussi la chape de plomb du franquisme et l'impossibilité de s'exprimer librement par le dessin dans l'Espagne du Caudillo, mais il choisit de s'exiler en France pour y échapper et nous le raconte dans la série Montserrat (Bamboo). 

 

Depuis son enfance en pleine guerre civile - l'occasion de se remémorer combien elle fut dévastatrice - jusqu'à la maturité et le succès tardif grâce à la série du Vagabond des limbes (Dargaud), en passant par ses années de galère à Paris, c'est là le parcours d'un homme déraciné qui essaie de donner corps à ses rêves. On redécouvre aussi qu'il participe aux débuts du journal « Pilote » grâce à René Goscinny qui lui permet de donner naissance au personnage de Dracurella

 

Grâce à son opiniâtreté et au soutien inconditionnel de son épouse, Julio surmonte des difficultés parfois très prosaïques, comme d'obtenir une couverture sociale et médicale... 

 

Des préoccupations qui malheureusement sont celles de nombreux dessinateurs, et pas forcément les plus jeunes ; même ceux ayant connu le succès il y a quelques années témoignent des difficultés qu'ils rencontrent aujourd'hui pour vivre de leur métier de faiseurs de BD (voir l'article de la Charente Libre et le témoignage des auteurs Turf, Bruno Maïorana, Isabelle Dethan et Mazan)… 

 

Misère, misère…





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.