BD hier et aujourd'hui : tueurs en série et monstres quotidiens

Clément Solym - 08.05.2011

Bande Dessinée - assassins - docteur - petiot


Pas de fascination particulière de ma part envers les tueurs en série qui auraient plutôt tendance à me donner des cauchemars ! Mais un intérêt certain, lorsqu'ils s'inscrivent dans une période historique précise, voire quand ils en sont le produit... "Haarmann, le boucher de Hanovre" (Casterman) nous transporte dans l'Allemagne de la république de Weimar au lendemain de la guerre de 14-18.

Un pays miné par l'instabilité politique et la violence sociale, l'hyperinflation fait basculer une grande partie de la population dans une misère inimaginable aujourd'hui, et plus largement, les conséquences du Traité de Versailles dont une note en bas de page nous apprend, chose incroyable, que l'ultime réparation en résultant a été réglé par le gouvernement d'Angela Merkel le 3 octobre 2010 !

Haarman, sur BDfugue.com
Le scénariste Peer Meter, que nous connaissions déjà pour un glaçant portrait d'une criminelle avec "L'empoisonneuse" (Actes Sud), et la dessinatrice Isabel Kreitz, remarquée et remarquable pour son travail sur "L'espion de Staline" (Casterman), récit de la vie hors du commun de Richard Sorge, conjuguent leur talent pour relater la vie de Fritz Haarmann, violeur, assassin et revendeur de chair humaine, personnage pas si éloigné de Benjamin Barker, alias Sweeney Todd, barbier officiant à Londres au XIXeme siècle.

Ce dernier tranchait la gorge de ses clients et découpait leur cadavre pour que sa logeuse puisse farcir les tourtes proposées à la clientèle de son restaurant...

Les examens médicaux effectués sur Haarmann dans sa jeunesse laissaient penser qu'il était malade mental, mais, par un funeste concours de circonstances, un certificat d'intégrité délivré par les autorités lui permit de se fondre dans l'anonymat, et même d'être recruté par la police comme auxiliaire ! Dès lors, inspirant confiance, il pouvait berner les jeunes miséreux fréquentant les gares et autres lieux publics, et perpétrer vingt-quatre meurtres en toute impunité...

Des soupçons pesaient sur lui, liés aux témoignages de voisins ayant remarqué les visites de jeunes hommes, au fait qu'il revendait des vêtements, ou à l'aspect étrange de la viande qu'il proposait à bas prix, mais la police ne voulait rien entendre ! Voilà bien le plus sinistre dans cette histoire : l'effondrement du pays, s'il était économique, était aussi moral, et la cupidité des protagonistes, l'aveuglement des complices, la corruption des détenteurs de l'autorité ont précipité cette tragédie qui frappait les plus pauvres parmi les pauvres, et préparé l'avènement, quelques années plus tard, de l'épouvantable régime National-Socialiste...

Assassins, sur BDfugue.com
La France a connu pareille déliquescence pendant l'Occupation Allemande, avec la faillite de l'état, le marché noir et les compromissions de toutes sortes; l'époque se prêtait aux agissements de fous dangereux, motivés de plus par l'appât du gain. Le plus célèbre d'entre eux reste le docteur Marcel Petiot.

Le premier volume de la collection"Assassins" (Casterman) par Jeanne Puchol et Rodolphe nous brosse le portrait de cet homme terrifiant et fascinant, capable à la fois de tuer avec préméditation, et de soigner les pauvres, et même de rejoindre les Forces Françaises de l'Intérieur, passant pour un grand résistant pendant quelque temps !

Un monstre, dans tous les sens du terme...

  • Assassins tome 1 ; le docteur petiot, Jeanne Puchol / Rodolphe, 9,50 €
  • Haarman, Le boucher de Hanovre, Isabel Kreitz, 13,30 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.