BD hier et aujourd'hui : Uchronies et imaginaires...

Clément Solym - 21.05.2011

Bande Dessinée - chroniques - present - imaginaire


Quel bonheur de lire "L'imagination au pouvoir ?", dernier en date de la série "Jour J" chez Delcourt ! Joie de retrouver en contemplant la couverture, un sympathique clin d'oeil au "Paris-Match" de la grande époque... Car il faut rappeler au lecteur dépourvu de cheveux blancs, que ce magazine fut une référence en matière de photo-reportage, il y a très, très, très longtemps...

Les auteurs restent fidèles au principe de la série, qui est de revisiter un jour déterminant dans l'histoire contemporaine, et d'imaginer les conséquences possibles d'une tournure différente des évènements : un échec du débarquement de 1944 en Normandie (les Soviétiques dépassant Berlin et finissant par occuper Paris), la défaite des Français lors de la bataille de la Marne en 1914 (Clémenceau organisant la résistance depuis l'Afrique du Nord), Kennedy perdant les élections de 1960 (Nixon vainqueur basculant dans une mégalomanie sanglante), et ici, le mois de mai 1968 débouchant sur une guerre civile !

L'imagination au pouvoir, Jour J, sur BDfugue.com
Deux récits se combinent avec beaucoup d'habileté : les évènements de mai 68 au sens propre, et la relation d'un transfert de fonds de la Banque de France, effectué d'une manière un peu, heu... douteuse pendant les émeutes
 ; le butin est subtilisé lors d'un hold-up, et l'un des acteurs de ce braquage, laissé pour mort, va revenir se venger cinq ans plus tard, et réclamer sa part du magot.

Parallèlement, suite à la mort du Général de Gaulle dans un accident d'hélicoptère sur le chemin de Baden-Baden (eh oui...), Massu lâche ses chars dans Paris pour écraser la révolte, qui se retrouve face aux missiles Milan apportés aux insurgés par les ouvriers de Nord-Aviation : solidarité, camarades !

La capitale en sort détruite, les quartiers occupés par différentes factions révolutionnaires, mais la Commune est proclamée, et nous voilà en 1973, pour l'inauguration d'un bâtiment ultra-moderne sur la place Beaubourg (non, pas celui que vous croyez), symbole de la reconstruction en marche. Cependant, la classe politique traditionnelle attend son heure, pour reprendre la main...

Le plaisir de l'uchronie est d'autant plus grand que les auteurs s'amusent et nous amusent avec les destins possibles. Et parfois très surprenants, de personnages qui sont nos contemporains : imaginiez-vous Jacques Chirac en personnage principal d'une bande dessinée ? Et il s'y révèle excellent ! Ajoutez à cela les pattes d'eph, les cols "Pelle à tarte", les meubles pop-art et les papiers peints psychédéliques, et il ne reste plus qu'à s'abandonner au plaisir de la lecture !

La communauté, intégrale, sur BDfugue.com
Si certains acteurs de mai 68 sont devenus des notables de la politique ou des medias, d'autres ont mis en application les utopies libertaires, comme le montrent Benoit et Tanquerelle dans les deux volumes de "La communauté" (Futuropolis).

Une relation d'une tentative de rejet de la société de consommation et d'une vie en autogestion et autosuffisance.

Très explicatif, mais sans lourdeur, le récit fait la part belle aux situations cocasses et aux portraits truculents, avec l'amertume de voir l'aventure se briser au fil des discordes...


Les utopies sont-elles réalisables ?
  • Jour j tome 6 ; l'imagination au pouvoir, de Jean-Pierre Pécau / Fred Duval / Mr. Fab, 14,20 €
  • La communauté ; intégrale, Tanquerelle / Yann Benoit, 27,55 €





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.