Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

BD onirique : Hilda et le géant de minuit

David Bethy - 29.10.2014

Bande Dessinée - Fantasy - humour - voisinage


La chevelure bleue flottant au vent dans l'encadrement d'une fenêtre, la petite Hilda se pincerait bien volontiers pour se convaincre de ne pas avoir rêvé ! Là-bas, vers l'horizon crépusculaire, elle jurerait mordicus sur son petit animal à petits bois de rennes, que dans le lointain, la montagne cachait un homme immense. Aussi grand...aussi grand...qu'une montagne tient ! Inutile de l'appeler dans la nuit noire, ce cachottier-là, sans réveiller les voisins. Ils ne sont pas à prendre avec le dos de la cuillère en ce moment. Quoiqu'avec le creux, cela serait possible. Un elfe, c'est tout petit ! Et teigneux, et méchant quand il est teigneux !

 

Les carreaux de la maison de Hilda et de sa maman, n'y ont pas survécu ! Qu'elles déménagent ces voisines insupportables, pensent-ils et puis c'est tout ! Elles sont un véritable festival son et lumière ces grandes-là !

 

Hilda devra se montrer très patiente afin de régler le différend, car un elfe peut en cacher un autre, puis un autre.

Un véritable parcours administratif qui nécessite d'apposer sa grosse signature sur un mini-pavé de règlements. Tout le monde ne peut être autorisé à voir le petit peuple des elfes, c'est comme ça.

Justement, Hilda ne les avait pas vus sinon elle aurait su.

Tiens, le revoilà, le géant de Minuit ! Il semble chercher quelqu'un ?!

 

Hilda et le géant de Minuit est le tome 2 de cette série en bande dessinée dont l'auteur Luke Pearson est britannique.

D'où le plaisir et le jeu du non-sens permanent qui est fin et délicieux.

 

Les multiples postures de cette petite héroïne à la fois tendre et rouspéteuse sont amusantes, les lecteurs souriront des dialogues aux illustrations, avec l'impression parfois d'être dans un petit dessin animé caustique. Ces insupportables elfes avec des bras « bâton » sont trognons même si la petite Hilda donnerait volontiers un sou pour leur donner un petit coup de pied au derrière, d'exaspération.

Les apparitions du géant de minuit apportent une douce poésie nocturne qui voile les querelles, Hilda tentera de l'aider à trouver sa promise.

 

Ce petit univers de Hilda navigue entre la drôlerie malicieuse et nostalgique de l'enfance d'un « Calvin et Hobbes » de Watterson, son imaginaire laisse un petit goût de fantaisie « Moomins » de Tove Jansson en plus, aussi fantastique, onirique et où le réel et l'imaginaire cohabitent de façon ordinaire. Cette série est à ne pas manquer pour les enfants et les parents !