Beauté Noire et le Groupe Prospero : la violence au service du Bien

Nicolas Ancion - 03.04.2018

Bande Dessinée - Emile Zola Dreyfus - Europe fascisme juifs - groupe défense liberté


Il y a beaucoup de matière dans cette « Beauté Noire » scénarisée par Noël Simsolo. L'action se déroule à la fin du XIXe siècle, en pleine affaire Dreyfus, alors que la France se déchire autour du procès et que Zola publie dans l'Aurore son puissant réquisitoire, sous le titre « J'accuse ».




 

On suit d'un côté le noyau dur du groupe Prospero qui a juré de retourner contre les racistes de tout poil la cruauté dont ils usent sur ceux qu'ils jugent inférieurs, les Noirs et les Juifs surtout ; de l'autre, un groupe international financé par un Japonais et piloté par un Italien, qui s'acharne avec une violence peu commune contre toutes les races qui ne sont pas aryennes.

 

Loin du tempo habituel des bandes dessinées historiques, Simsolo mène son récit au pas de charge, enchaînant les scènes d'action, au risque parfois de sombrer dans le Grand Guignol à force de préférer le spectacle et les retournements au réalisme. Les coups de théâtre tiennent tantôt du blockbuster hollywoodien (quand les héroïnes plongent dans un lac depuis une fenêtre tout en haut d'un château), tantôt de Tintin en Amérique (quand le méchant déclenche d'un simple bouton une trappe idéalement placée sous ses pieds pour permettre son évasion).

N'empêche, le but est atteint, on avale les planches à toute allure, emporté d'une scène à l'autre, comme dans les feuilletons (qu'on appelle à tort « séries », par un glissement de sens copié sur l'anglais, alors qu'il s'agit bien de « feuilletons », au sens le plus noble et technique du terme, poursuivant leur histoire d'un épisode à l'autre). On cavale de poursuite en affrontements, de retournements en règlements de compte, prouvant ainsi que les recettes du roman-feuilleton du XIXe siècle marchent encore aujourd'hui.
 

 

Un dessin Balez
 

Olivier Balez n'est plus à présenter. Ceux qui ont lu « J'aurai ta peau Dominique A. » (scénarisé par Arnaud Le Gouefflec), le passionnant « Robert Moses » (sur un scénario de Pierre Christin) ou encore « L'homme qui ne disait jamais non » imaginé par Tronchet (chez Futuropolis) auront apprécié son trait généreux, qui épaissit la ligne claire pour lui offrir une tension et une noirceur qui collent parfaitement, un fois de plus, à ce récit haletant.

 

Fidèle au scénario, le dessinateur met l'accent sur les visages et les silhouettes des personnages, réduisant les décors à de simples à-plats de couleurs, qui mettent en valeur à la fois les personnages et les ombres qui jouent sur leurs visages. Balez a d'ailleurs prise lui-même en charge la colorisation très réussie de ce projet.
 

 

Des femmes qui dépotent, plutôt que des belles plantes
 

Simsolo a volontairement placé des femmes de poigne au cœur de ce projet : qu'elles soient de fausses servantes ou de vraies contorsionnistes, ses héroïnes se comportent comme des Amazones furieuses, maniant les armes et maîtrisant les acrobaties, terrassant les suprémacistes avec froideur et dextérité. C'est sans doute cette singularité qui évite à cet album de verser dans le récit éculé d'affrontement entre gentils défenseurs de la liberté et méchants nazis, façon Indiana Jones de l'époque victorienne.

 

Reste à voir si la suite de la série sera à la hauteur du défi lancé : s'il parviendra à rejouer le conflit perpétuel du Bien et du Mal en exacerbant les positions des gentils. Les guerrières antifscistes peuvent-elles se montrer aussi impitoyables et violentes que les monstres qu'elles affrontent ? Elles le prouvent tout au long de ce premier volume, mais les saintes écritures disaient déjà : « Qui prendra l'épée périra par l'épée ». Finiront-elles victimes de leur propre piège? Réponse au prochain et dernier épisode de ce diptyque, probablement.
 

Scén. Noël Simsolo, dessin Olivier Balez - Beauté Noire et le Groupe Prospero - Tome 1 - Les Chasseurs de Haine - Glénat - 9782344012376 - 15€

Commentaires

Et si vous voulez encore du roman-feuilleton d'aventures, sur fond d'affaire Dreyfus et de conquêtes coloniales, vous aimerez mon roman en deux tomes paru sous le titre "Les Philopyges" (tome 1 : "La conjuration des patriotes" et tome 2 : "Série noire à la coloniale")

Publiés en 2010 et 2012, on peut encore les trouver d'occasion à un prix très raisonnable chez Amazon.fr

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Glenat
Genre :
Total pages : 48
Traducteur :
ISBN : 9782344012376

Beauté noire et le groupe Prospero ; les chasseurs de haine

de Simsolo, Noel ; Balez, Olivier

Impitoyables, mais pour la bonne cause !

J'achète ce livre grand format à 15 €