Bienvenue à l'usine : l'enfer du travail vous entrouvre ses portes

Nicolas Ancion - 29.04.2019

Bande Dessinée - Bastien Bertine - Vide Cocagne - usine


Pour ceux qui n’y travaillent pas, c’est-à-dire pour tous ceux qui ne consacrent pas l’essentiel de leur vie à la faire tourner jour après jour, une aciérie est un univers inconnu, un monstre de métal rougeoyant, où se mêlent le feu et le minerai, où les ouvriers sont soumis en permanence à l’urgence de la fonte en fusion. Dans Bienvenue à l’usine, un jeune dessinateur se fait engager quelques semaines pour vivre de l’intérieur l’expérience intense du travail en aciérie.
 


La BD documentaire se porte bien, merci pour elle. Les éditeurs multiplient les projets où les dessinateurs sont tantôt envoyés en reportage sur le terrain, tantôt fourrés dans les pattes d’un journaliste/scénariste pour illustrer les résultats de ses recherches ou de son enquête. Dans tous ces cas, la bande dessinée est un moyen de vulgariser des sujets ardus ou de rendre visibles des matières peu visuelles, de rendre accessibles et alléchants des sujets qui ne le sont pas toujours...

Bienvenue à l’usine, publié par Bastien Bertine chez Vide Cocagne, s’écarte un peu du genre, car il se présente comme une œuvre de pure fiction.
 

Ouvrir les portes, fermer l’usine


Même si le héros est dessinateur, même s’il va bosser tous les jours avec son carnet de croquis, aussi bien dans les vestiaires qu’au pied de la coulée, il n’est pas l’auteur de cet album. Ses aventures sont imaginaires et il finira par exposer ses dessins dans une galerie d’art pas loin de l’usine, où les ouvriers seront invités à se voir en dessins, accrochés aux murs.

Paradoxalement, la distance avec le documentaire, la fictionnalisation de l'histoire, permet à l'auteur d'introduire des questionnements qui dépassent le compte-rendu sociologique. Quand le personnage central s'interroge à haute voix : « Je me demande si on a raison de se plaindre qu'elles ferment, les usines. Pourquoi sauver ce qui nous emmerde autant ? », le dialogue qui s'ensuit soulève bon nombre des paradoxes qui traversent le monde ouvrier, notamment le rapport fusionnel entre l'homme et son travail, puis l'investissement affectif énorme dans le labeur, indispensable pour endurer un boulot quasi insupportable.
 

Ligne claire et pinceau sauvage


Pour illustrer son récit, Bastien Bertine, dont c'est le premier album publié en papier (après plusieurs projets en ligne, toujours lisibles sur www.grandpapier.org), recourt à une ligne claire très géométrique, pour donner à voir le monde banal du dessinateur : sa chambre, sa voiture, les cafés et les parties de l'usine qui paraissent fréquentables. En revanche, quand le personnage approche du métal en fusion, dans la forge elle-même, ou quand il s'agit de représenter L'ogre, l'un des collègues les plus marquants de l'album, le trait fin et maîtrisé se double d'un encrage au pinceau plus sauvage et expressif.

Avec Bienvenue à l'usine, Bertine signe un récit graphique maîtrisé, plus subtil qu'on ne le penserait après les premières planches, mais il reste dans l'ombre de deux titres majeurs de Manu Larcener auxquels on ne peut s'empêcher de penser : l'expo du héros rappelle celle du photographe témoin de la fermeture des chantiers dans « Le combat ordinaire » ; le personnage de l'Ogre, quant à lui, est une sorte de sosie de Polza Mancini, le héros noir et sauvage de « Blast ». On a hâte de voir ce que Bastien Bertine donnera quand il s'affranchira pour de bon de ses influences, aussi bonnes soient elles.


Batien Bertine – Bienvenue à l'usine – Vide Cocagne – 9782379360022 – 120 pages – 15 €.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Vide Cocagne
Genre :
Total pages : 120
Traducteur :
ISBN : 9782379360022

Bienvenue à l'usine

de Bertine, Bastien(Auteur)

Quelque part, dans un paysage de forêt et de montagnes, se tient une usine rouge, déversant jour et nuit ces volutes noires. Le narrateur, un double de Bastien Bertine, décide de s'y engager pour comprendre ce qui s'y joue : comprendre ce que vivent ses amis qui y travaillent, ses proches, les habitants de toute une ville. Il découvrira l'horreur quotidienne des bruits permanents, des odeurs de poissons morts qui imprègnent malgré la douche, des démangeaisons et de la crasse ; mais aussi les accidents mortels qui "arrivent"

J'achète ce livre grand format à €