Ces jours qui disparaissent : une vie d'intermittent, par Timothé le Boucher

Nicolas Ancion - 05.10.2017

Bande Dessinée - Timothé le Boucher BD - intermittent spectacle BD - bande dessinée cirque


Imaginez un instant que certaines de vos journées vous échappent : vous vous mettez au lit le soir et, hop, quand vous vous éveillez le matin, un jour entier s'est écoulé sans vous. Non seulement vous n'avez aucun souvenir de la journée précédente, mais tout semble indiquer qu'elle n'a pas eu lieu dans votre existence. Voilà ce qui arrive à Lubin, héros de cet extraordinaire album de Timothé Le Boucher : et ce n'est que le début de ses mésaventures.

 



 

Rien de plus compliqué en matière de scénario que de trouver une bonne idée, un concept qui n'ait pas déjà été exploité des dizaines de fois. Car une bonne idée, ce n'est pas seulement une trouvaille, une péripétie inédite qui surprend les lecteurs, c'est plutôt une nouveauté narrative qui ouvre des perspectives inédites de récits. Avec « Ces jours qui disparaissent », Timothé Le Boucher met au cœur de son histoire un héros qui voit petit à petit sa vie lui échapper complètement. 

 

Non seulement il ne la vit plus, comme il le devrait, mais un autre semble le faire à sa place. Timothé rêve-t-il ? Est-il victime d'une hallucination ? De schizophrénie ? D'une faille temporelle ? Que lui réserve le futur, quand on découvre que plus de la moitié du présent lui échappe ? Comment concrétiser ses rêves quand celui qui devrait les mettre en œuvre a bien trop de maturité et de rationalité pour encore croire à l'univers magique du cirque ?

 

Une lente descente hors de soi
 

Après quelques planches à peine, on est scotché et on veut découvrir la suite de ce cauchemar éveillé. Timothé, acrobate de haut niveau et caissier de profession, ne manque pas d'ambition et de projets, mais comment peut-il les concrétiser s'il n'est pas sûr d'être entièrement là le jour venu ?
 


Loin d'être anecdotique, ce mécanisme qui voit le héros s'absenter de plus en plus souvent de sa propre existence renvoie à des ressorts profonds présents chez tous les lecteurs : l'impression que les choses nous échappent, que le temps passe trop vite, puis aussi la certitude qu'un autre que nous ferait les choses autrement, beaucoup mieux pour certaines, en bien pire pour toutes les autres, sans doute. Au moins, la plupart d'entre-nous ne sont-ils pas condamnés à assister impuissants au saccage de leur propre vie par un inconnu. Pendant non pas quelques jours, d'ailleurs, mais pendant une éternité ou presque.
 

Tout en finesse
 

Aussi habile dessinateur que conteur, Timothé Le Boucher soigne son dessin au trait, dans une sorte de ligne claire très légère, sobrement colorisée en à-plats assez doux. Il n'hésite pas à laisser le dessin raconter seul les péripéties, aussi bien l'accident d'acrobatie qui ouvre l'album que les fil des jours qui passent et se ressemblent parfois. Rien ne pèse, tout semble si aérien en comparaison du drame qui terrasse Lubin jour après jour, année après année. La légèreté des acrobaties contraste d'autant plus avec l'immobilisme et l'impuissance qui submergent le héros.
 


 

Avec cette histoire de Lubin, intermittent du spectacle de sa propre vie, Timothé Le Boucher s'impose comme un tout grand auteur. Cet album est son troisième, j'avoue voir loupé la sortie des deux premiers, il va falloir que je rattrape ça au plus vite. Et bravo à la collection 1000 feuilles de chez Glénat d'avoir ouvert la porte à ce projet emballant.

<

>


Timothé Le Boucher – Ces jours qui disparaissent – Editions Glénat – 9782344013328 – 22,50 €
 

Les critiques de la rentrée littéraire 2017


Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires


Pour approfondir

Editeur : Glenat
Genre :
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782344013328

Ces jours qui disparaissent

de Le Boucher, Timothe(Auteur)

Une course poursuite contre le temps perdu...

J'achète ce livre grand format à €