Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Dans la peau d'un photon, ou trois secondes de lumière

Clément Solym - 10.09.2011

Bande Dessinée - vitesse - lumiere - parcourir


Vous avez deux secondes ? Je voudrais vous parler d'une BD qui s'appelle 3 secondes (Delcourt) ! Allez, quoi, deux secondes, c'est pas long... Trois secondes non plus, et pourtant... Il va s'en passer des choses en si peu de temps, car il s'agit là d'un polar avec scène de crime, suspects et indices, et toutes les clefs offertes au lecteur pour comprendre ce qui s'est passé !


Seulement, voilà, aux commandes d'un dispositif graphique et narratif renversant d'intelligence et de virtuosité se trouve un auteur hors norme, d'une envergure intellectuelle exceptionnelle dans le monde de la Bande dessinée, j'ai nommé Marc-Antoine Mathieu (MAM pour les intimes qui savent combien des initiales en forme de palindrome lui vont bien) !

 3 secondes,
sur BDfugue.com
MAM donc, qui travaille aussi comme graphiste et scénographe et crée ainsi de nombreuses expositions consacrées au Neuvième Art, laisse transparaître dès ses premiers récits une triple influence : Perec, Kafka pour les écrivains, Terry Gilliam ou David Lynch pour les cinéastes, Escher, Dali et Magritte pour les arts graphiques.

Sa série emblématique Julius Corentin Acquefacques (Delcourt) conte les mésaventures d'un employé du ministère de l'humour (!) aux prises avec un univers labyrinthique et absurde, également terrain fertile des facéties de son auteur capable de faire un trou dans une planche pour engendrer un paradoxe temporel, d'inclure un collage pour illustrer un vortex, d'insérer une séquence en 3D pour matérialiser la 2,333ème dimension !


Rien de tout cela ne peut être qualifié de gadget narratif, rien n'est gratuit, car Marc-Antoine Mathieu retombe toujours sur ses pieds et apparaît comme un des rares dessinateurs de bandes dessinées capables de s'interroger sur le médium BD et d'en utiliser toutes les ressources...

Il nous le prouve ici en nous offrant deux versions de son dernier opus, l'une sur papier et l'autre en numérique : dans les deux cas, un zoom vertigineux sur le lieu du crime au moment où celui-ci est commis, obligeant le regard à ricocher sur toutes les surfaces réfléchissantes et ainsi bondir hors de la pièce, se retrouver dans la rue, le ciel, revenir sur terre, changer d'endroit... J'arrête là !

La version animée prise à la vitesse du récit - 3 secondes, souvenez-vous-en ! - est un Grand Huit, un manège grisant, où Marc-Antoine Mathieu est le maître du temps, comme un metteur en scène de cinéma, mais la version papier permet au lecteur de choisir son rythme de lecture et de reprendre la main. Alors, d'un côté les faits et de l'autre l'outil nécessaire à l'enquête ? 
Ce n'est pas sans rappeler une citation de Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta...) affirmant que « l'esprit humain peut encaisser beaucoup plus de détails en bande dessinée qu'au cinéma », ou autrement dit, que la richesse est dans la lenteur !

 
 Le dessin
sur BDfugue.com
Et dans la profondeur de champ : j'emploie à nouveau un parallèle avec le Septième Art en me remémorant une réflexion de Peter Greenaway, déclarant que le cinéma commence... maintenant, et grâce aux technologies récentes (avant, ce n'était que du roman filmé !), déplorant le manque de perspective - à tous les sens du terme - dans la plupart des films... Eh bien, quel plus bel hommage pour une BD que d'inviter à réfléchir sur le rapport de chacun à la lecture, et plus généralement à l'image...


C'est déjà ce que faisait Marc-Antoine Mathieu (décidément...) dans Le dessin (Delcourt) ! Emile, artiste-peintre, a reçu en héritage de son ami Édouard un tableau représentant son appartement : dans ce tableau se trouve un message caché, qui va bouleverser sa vision de l'art et même du monde...

Mathieu choisit un découpage simple et régulier pour donner plus de sens à chaque image, toujours des plans larges, sauf à de rares exceptions qui ont dès lors d'autant plus de force. Ami lecteur, il est fait confiance à ton intelligence ! Voilà qui est réconfortant...


NB : une version numérique de 3" est disponible à cette adresse