Danthrakôn, magie et fantasy : “On ne se méfie jamais assez des grimoires...”

Florent D. - 02.12.2019

Bande Dessinée - Arleston Boiscommun - Danthrakôn magie - fantasy univers imaginaire


BANDE DESSINÉE – Il avait été promis que Drakoo offrirait de l’imaginaire puissance mille. Et quand Arleston promet, il arrive qu’il tienne parole. Danthrakon, colorisé par Claude Guth et réalisé avec Olivier Boiscommun, ouvre la porte bien grand à un monde de fantasy, de magie, et de mystères. Avec un lien fascinant entre grimoire, encre et pouvoirs magiques…


 

Quand on officie dans les cuisines de Kompiam, la grande et mythique cité, peu de chance de parvenir à exceller dans les arts magiques. Pourtant, Nuwan n’aspire qu’à maîtriser — du moins, comprendre — les arts que pratique la délicieuse et impertinente Lerëh. Formée par un magicien de haute voltige, elle partage son temps entre les lectures à la bibliothèque et le temps avec Nuwan. 

Oh, évidemment, il y a ce prétentieux m’as-tu-vu de Diodore, qui tente de rabaisser Nuwan constamment, et le maintenir « à sa place ». Mais l’on sait que dans ces mondes-là, des personnages de cet acabit finissent plus facilement le cul dans la boue que la tête dans les étoiles. 

Tout en portant d’un bras les emplettes de son chef cuisinier, Nuwan découvre la nuit la lecture — tandis que Lerëh œuvre à déchiffrer pour son maitre, Waïmo, l’étrange langage d’un manuscrit oublié. Ou que du moins l’on croyait perdu : le Danthrakôn. Or, « on ne se méfie jamais assez des grimoires », assure le narrateur, car « certains sont de véritables parasites ».

Et voici comme la vie de Nuwan va se transformer au contact d’un étrange livre, dont l’encre semble se fondre sous la peau de l’apprenti cuistot…

La suite ? Oh, oh, oh, comme dirait le père Noël : la suite, c’est du Venom, pour les amateurs de comics, sauce Lanfeust de Troy, pour l’humour décapant et potache, avec une note de Terry Pratchett pour l’univers un peu taré. 
 


 
Le dessin, un classique du genre : pas moyen d’être pris de court par le trait de Boiscommun, un petit délice, gourmand et agréable, comme un flanc au café (ou à la vanille, chocolat, choisissez votre parfum, je ne suis pas sectaire). Ça ruisselle de magie dans tous les coins de la Cité, et évidemment, il y a des bonnes magies, praticables et recommandables, et des mauvaises — souvent celle que seul un notable contrôle et se trouve en droit d’utiliser. 

Le pouvoir ne vaut que s’il n’est entre les mains que d’un despote, n’est-ce pas ? Et puis, imaginez un carré VIP depuis lequel personne ne vous verrait profiter de votre luxe, et dont nul ne se sentirait exclu : quel goût cela aurait-il ?

Côté action, la BD tient encore une fois les promesses de Drakoo : on est dans le département Imaginaire, cellule fantasy, bureau accrochez-vous à votre siège. Pas le temps de discuter ni de tergiverser : tout débute par une course poursuite et l’apparition d’un énorme dragon, juste pour vous mettre dans l’ambiance. Et depuis les cuisines de Kompiam, jusqu’à la salle des grimoires, on ne perd pas de temps.

On court avec nos deux héros, tendrement et secrètement amoureux — on a le droit de se mentir autant qu’on veut quand on est un personnage, tant que c’est pour le bien du lecteur — et rapidement, les lignes de force se dessinent. Les méchants, les gentils… et bien entendu le cliffhanger indispensable qui vous accroche jusqu’au tome 2. Une spécialité d’Arleston que l’on retrouve ici avec délectation. 

Alors, quid de cette introduction ? Réussie, évidemment, cela manquait tellement que l’on serait hypocrite de bouder son plaisir. 

<

>




Christophe Arleston, Olivier G. Boiscommun – Danthrakon T.1, le miroir glouton – Drakoo – 9782490735020 – 14,50 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.