De Montparnasse à Montmartre, les artistes dans leur tanière

Clément Solym - 04.02.2012

Bande Dessinée - artistes - peinture - Pablo


Avant d'être un nom de voiture ou le symbole de la peinture moderne pour tout un chacun, Picasso n'est que Pablo, menant la vie de bohème dans le Paris de 1900 et côtoyant de sympathiques exaltés.

 

Avant d'être le premier grand amour et le modèle de Pablo Picasso, Fernande Olivier n'est qu'une gamine rebelle et maltraitée, cherchant l'affection dans les bras d'une kyrielle d'hommes médiocres.

 

Avec BDfugue

 



 

Tous les deux se rencontrent dans Pablo (Dargaud) de Julie Birmant et Clément Oubrerie, qui s'attachent à décrire dans ce premier volume la "période bleue" du peintre marquée par la douleur consécutive au suicide de son compagnon d'exil Carlos Casagemas, et le début de la "période rose" qui suit son installation au mythique Bateau-lavoir....

 

C'est l'époque où Picasso commence tout juste à exposer et à vendre, où il peint déjà au rythme vertigineux qu'il conservera pendant toute son existence, comme une source impossible à épuiser !

 

 

 

Pablo t.1 ; Max Jacob

Pablo, 

sur BDfugue.com

Une façon aussi de s'abstraire d'un quotidien misérable : si vous avez lu Scènes de la vie de bohème d'Henri Murger ou si vous adorez comme moi "La bohème", l'opéra de Puccini qui s'en inspire (je laisse de côté celui de Leoncavallo, il m'emballe moins) tout y est ! 

 

Un quotidien fait d'amour libre, d'eau fraîche - à défaut de steaks - et d'amitiés, certaines de celles-ci se révélant cruciales dans un itinéraire créatif... C'est le cas de Max Jacob dont Clément Oubrerie accentue la ressemblance physique avec Picasso : trapu, des yeux immenses... 

 

J'ai perçu leur rencontre comme un vrai coup de foudre réciproque entre deux êtres hypersensibles épris d'absolu.

 

On rit souvent en lisant cet album, grâce au pittoresque des personnages mis en scène : de très étonnantes personnalités naviguant parfois entre le fumeux et le génial, le médiocre et le sublime, bien caractéristiques de l'effervescence artistique du Montmartre de la Belle Époque. 

 

Le lettrage élégant autant que désinvolte est au service d'un texte plein de vie, le dessin est éclatant de santé et de verdeur : le même Clément Oubrerie nous avait déjà régalé avec la série Aya de Yopougon (Gallimard) qui nous faisait partager la vie au jour le jour des ados de "Yop City", un quartier populaire d'Abidjan...

 

 

 

kiki de montparnasse

Kiki

de Montparnasse

sur BDfugue.com

Une enfance triste à mourir, une vie de femme libre dans la joie et la douleur, une brillante carrière de modèle, une fin solitaire : tel est donc le parcours de Fernande Olivier. Tel est également celui d'Alice Prin, qui nous est conté dans Kiki de Montparnasse (Casterman) de José-Louis Bocquet et Catel.

 

Ah, Kiki... C'est sous ce pseudonyme que nous la connaissons... ou peut-être nous est-elle familière sans que nous sachions son nom : la femme posant pour le photographe Man Ray avec les deux ouïes d'un violon au creux des reins, c'est elle ! 

 

Cette biographie exhaustive - 400 pages avec annexes et bibliographie ! - fait toute la lumière sur un personnage hors du commun, égérie, compagne ou amie de créateurs d'exception à une époque où Paris est le centre du monde artistique.

 

Surtout, elle aime des hommes et des femmes et goûte à tous les plaisirs sans se préoccuper des convenances et du regard des autres.

 

En quelque sorte, elle n'est pas une artiste, mais fait de sa vie une oeuvre d'art : il faut du courage et peut-être même un peu de folie pour réussir cela...