Dégueulasse et infréquentable, Dirty Karl a tout pour plaire

Florent D. - 06.01.2017

Bande Dessinée - Dirty Karl Relom - humour noir patibulaire - enfants animaux démons


Amateurs d’humour noir, de celui qui fait salement grincer des dents, Dirty Karl vous invite à sa table. Le personnage de Relom suinte le dégueulasse, l’obscène, le grossier – option découpage d’animaux et cannibalisme saucisse lentille. Oh, on y trouve aussi une pointe de nécrophilie. Et c’est absolument délectable.

 

 

 

Relom avait fait faire ses premiers pas à Dirty Karl en avril 2001, avec ces dix petites histoires que réédite Fluide glacial. Avec sa tronche de quasi-loup-garou édenté, Dirty Karl est vraiment crade. Pire. Encore pire. Qu’il consomme de l’opium n’est pas franchement ce qu’il pourrait y avoir de plus exécrable dans le personnage. Limite, cela le rendrait sympathique.

 

Dirty Karl n’est pas un scientifique : ça ne l’empêche pas d’expérimenter sur les animaux. Dirty Karl n’aime pas les enfants. Mais il aime son chien, qui, lui, aime manger les enfants. Dirty Karl n’aime pas les vieux. Qui le lui rendent bien. Dirty Karl n’aime pas Dieu. Mais Dirty Karl n’aime pas le diable non plus. Même si ce dernier aimerait passer un pacte. Dirty Karl aime le rock. Et ça, on ne peut pas lui en vouloir !

 

Qu’est-ce que peut bien rendre cet être ignoble si touchant ? D’abord, son monde n’est pas le nôtre – je veux dire que, dans sa tête, les neurones ne fonctionnent pas de la même manière. Et ce fossé entre les gens sinistres du quotidien, et la vie mentale de Dirty Karl, totalement dénuée de retenue et de la moindre forme de sociabilité, est un vrai bonheur.

 

Les tabous ? Aux z’oubliettes. Les conventions ? Poubelle itou. Le respect de la vie humaine ? « Mais où avez-vous vu qu’elle était respectable la personne humaine ? » (dixit Desproges). Moralité – ou plutôt, absence totale de moralité – Dirty Karl est ce contrepoint parfait, parce que détestable. Même Belzebuth est « très impressionné par [s]es mauvaises actions », au point d’envoyer des démons négocier.

 

Et ça, ça force le respect.

 

Outre que l’esprit malade de l’auteur où germe une pareille œuvre nécessiterait d’appeler urgemment les services sociaux, le fait qu’on lui ait fait confiance au point de publier d’autres BD force le respect. Impossible de le condamner pour les crises de fous rires que l’on pique en (re)découvrant Dirty Karl.

 

Faut juste avoir l’estomac un peu accroché...

 


Pour approfondir

Editeur : Fluide Glacial
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782352078081

Dirty Karl

de Relom(Auteur)

Dirty Karl n'est pas un scientifique: ça ne l'empêche pas d'expérimenter sur les animaux. Dirty Karl n'aime pas les enfants. Mais il aime son chien, qui. lui, aime manger les enfants. Dirty Karl n'aime pas les vieux. qui le lui rendent bien. Dirty Karl n'aime pas Dieu. mais Dirty Karl n'aime pas le diable non plus. même si ce dernier aimerait passer un pacte. Dirty Karl aime le rock. et ça, on ne peut pas lui en vouloir ! UN JOYAU DE L'HUMOUR NOIR SIGNE RELOM !

J'achète ce livre grand format à 10,95 €