Des dragonnes, une chamane, place aux femmes : un week-end deux bulles (6)

Clément Solym - 14.08.2010

Bande Dessinée - chateau - dragons - mysteres


Un samedi de bulles de plus dans la bullosphère... et deux titres, féminins, pour le moins.

Moi Dragon, Fin de la genèse, de Juan Gimenez

Moi Dragon, Fin de la genèse de Juan Gimenez sur Comparonet


Elle, 1/3, Le Tesson D’amenartas, de Chouraqui, Aja et Cordurié

Encore une histoire d’héritage, encore une histoire de père qui laisse à son fils une quête délirante, et pourtant. Léo Viney est devenu un des élèves les plus brillants de Cambridge. Il excelle dans les matières physiques aussi bien que dans les disciplines de l’esprit. Pris sous son aile par Holly, ami de son défunt père, il se trouve aujourd’hui en âge de comprendre.

Et pour ce faire, il lui reste une boîte renfermant les secrets que son père lui légua à sa mort. Une naissance étrange, une ascendance directe d’avec un prêtre égyptien et une chasse au trésor pour retrouver une île inconnue. Chose rassurante : on l’identifie facilement, une gigantesque tête de mort accueille quiconque l’aborde. Mais pour comprendre son passé, Léo est prêt à tout. Même à découvrir une peuplade sauvage qui vénère Celle-qui-doit-être-obéie… femme ô combien fascinante, qui doit avoir pas loin de plusieurs dizaines de siècles.

Rien de spécial à dire : le titre est honnête, sans faire dresser les cheveux sur la tête. Le dessin d’Alberto Jimenez ne rompt pas du tout avec les classiques de chez Soleil, et tout cela est plutôt facile à regarder. Bon rythme, appuyé par un découpage standard, on navigue dans un monde de 1800 et des bananes avec aisance.

Notez cependant que la couverture a été réalisée par Aja et Joël Mouclier, mais n’a rien à voir avec le dessin intérieur. Dommage, on aurait probablement obtenu un rendu moins dessin animé, qui aurait été du meilleur goût.

Côté scénario, c’est pareil. Des liens entre passé et présent, un âge ancien qui vient télescoper l’avenir et bouleverser la donne. Rien qui fasse grimper aux rideaux de bonheur. Certes originale, cette BD n’a pas la carrure pour intimider le passant, qui s’y frottera par curiosité, tout simplement. Publiée dans 1800, que dirige Jean-Luc Istin, le titre s’intègre toutefois assez bien dans la collection. À voir, si l’on a le temps.

Elle, 1/3, Le Tesson D’amenartas, de Chouraqui, Aja et Cordurié
Publié chez Soleil
48 pages, ?? €
9872302011380



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.