Droit du travail bafoué ? Michel, perche tendue vers les sans-voix

Nicolas Ancion - 29.03.2018

Bande Dessinée - Pierre Maurel - Sans papiers, migrants - Employé du moi, Michel, Blackbird


Un reporter radio en fin de carrière décide d’enquêter, micro en main, sur les entorses au droit du travail commises dans une grosse entreprise de nettoyage. Pas facile quand personne ne souhaite financer ou diffuser son reportage. Il en faudrait bien plus pour décourager Michel, prêt à tout pour atteindre son objectif, sauf à baisser les bras. Goliath peut trembler, David a remplacé sa fronde par un enregistreur.




 

Depuis bien des années, Pierre Maurel va puiser dans les recoins de nos sociétés la matière dont il alimente ses fictions. Si son trait noir a beaucoup évolué depuis ses premiers projets, soignant toujours plus ses décors, ses personnages et les détails au fond des cases, on peut surtout admirer la façon très personnelle dont l’auteur s’empare des questions sociales. Là où d’autres s’intéressent à l’engagement ou à la lutte ouvrière de façon classique et frontale, Maurel a le don pour traiter ces sujets sous des jours nouveaux, n’hésitant pas à mélanger les genres les plus populaires à la critique sociale.

Ainsi dans Blackbird (l’Employé du Moi), il évoquait le totalitarisme et la résistance à travers les figures d’animateurs de fanzine alors que dans « Tabula Rasa » et Post Mortem (tous deux publiés chez Gallimard), il faisait appel à l’anticipation fantastique pour mieux dresser le portrait de notre société mal foutue et évoquer tantôt la question des migrants tantôt celle de l’utopie verte, sous des angles décalés et percutants.

 

Main d'oeuvre à "beau marcher"...


Avec Michel, les temps modernes, Pierre Maurel parvient une fois encore, en décentrant légèrement le point de vue, à aborder une question de société, celle de l’exploitation de la main d’œuvre illégale en France. Le personnage central de son album n’est pas un inconnu, il était déjà apparu dans un premier album Michel, en 2006 (déjà publié à l’Employé du Moi) : c’est un preneur de son passionné.

Nous le trouvons ici cette fois, plus vieux et bedonnant, en prise avec un reportage embarrassant pour les chaînes radio. L’enquête qu’il prépare dénonce les pratiques abusives d’une grosse société de nettoyage, laquelle achète régulièrement de l’espace publicitaire sur les radios qui pourraient diffuser le reportage. Dans ces conditions, le travail de Michel a-t-il le moindre sens ? Peu importe, le journaliste ventripotent, dégarni, retranché derrière ses lunettes épaisses, ne se laisse pas impressionner, il n’a plus grand-chose à perdre.

Il monte au front, micro en main et met tout en œuvre pour capturer sur fichier audio ce qui se trame dans les coulisses de l’entreprise de nettoyage. Et cette enquête à micro caché va contraindre Michel à se salir les mains, au propre comme au figuré.
 

 

Dessiner le son
 

Dès la première apparition de Michel, une évidence sautait aux yeux : donner à voir le son en BD est une tâche qui semblerait a priori absurde et à laquelle Maurel rend son sens. Ce que le lecteur n’entend pas, il l’imagine d’autant mieux. Il suffit que l’ingé son tende son micro pour que le lecteur ait la puce (et le son) à l’oreille et que son imaginaire fasse le reste. Un gazouillis d’oiseau, le vacarme d’un marteau-piqueur, le roulement des machines à laver... Pas besoin de bande-son quand on a le nez sur l’image !

 

Pour ce nouveau projet, il n’y a pas que le héros qui a mûri. Pierre Maurel emprunte les codes des comics indépendants américains : il découpe son récit en courts épisodes démarrant sur une case titre, n’hésite pas à placer des chutes humoristiques à la fin de ses chapitres et, surtout, il enrichit sa ligne claire par les trames pointillées qui ont fait les belles heures des BD publiées dans la presse, aux États-Unis comme au Japon.

 

La mise en scène particulièrement travaillée offre au récit un tempo léger qui contrebalance habilement la thématique engagée : Maurel parvient à faire rire le lecteur, à rendre son personnage tour à tour grotesque et touchant, sans rien enlever à la pertinence de son propos. Une belle réussite.
 

 
Pierre Maurel – Michel, les temps modernes – L’Employé du moi – 9782390040385 – 14 €
 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : L'Employe Du Moi
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782390040385

Michel, les temps modernes

de Pierre Maurel(Auteur)

Michel, reporter radio d'une quarantaine d'années, surnage dans le monde moderne et disruptif des années Macron : crowdfunding, Tinder et marketing par internet font irruption dans sa vie plutôt rangée.

J'achète ce livre grand format à 14 €