Éleveur d'autruches, il massacre sa femme... et la retrouve vivante chez lui

Florent D. - 18.02.2018

Bande Dessinée - élevage autruches producteur - tuer femme amour - crime passionnel thriller


Vingt ans que Josep Pla, dit Pep, élève des autruches. Des poulets de 100 kg. Sûr qu’il y a plus à manger là-dessus que sur un lapin. Deux fois plus de protéines que le bœuf, « moins de calories, moins de cholestérol ». De quoi donner à réfléchir, le jour où l’on attaquera un régime, non ? Paraît aussi que l’autruche, c’est comme les porcs : ça avale tout…




 

Pep est marié depuis 13 ans avec Dora, manifestement une mégère plus proche de la cougar / ancienne mère indigne, que véritablement une mauvaise épouse. Elle a une fille, Beli, qui va sur ses 18 ans. L’ado est en total rejet de son beau-père, ne supporte pas vraiment sa mère, et par-dessus tout, déteste les autruches. Charmante famille.

 

Mais trois personnes pour un empire, comme disait César, c’est deux de trop : Première séquence, Pep est en train de défoncer quelque chose à coups de masse. Une femme. La sienne. Et tout cela en considérant d’un œil paisible combien vivre une vie d’autruche doit être confortable et plaisant. 

 

Pep a mal fait le job : le corps qui semblait mort bouge encore. Dora lui rappelle de penser à acheter du beurre. Pep va redoubler d’intensité, frapper plus fort, plus longtemps — et surtout avec plus de haine dans le regard. Le cadavre est achevé, la cervelle s’écoule : reste plus qu’à tout balancer dans un puits. 

 

Étrange : en rentrant sur l’exploitation, la lumière est allumée dans la cuisine. Dora, bigoudis dans les cheveux, attend pimpante, et le visage tout à fait présentable : y’aurait-il un problème ?

 

Zidrou et Springer se sont surpassés avec ce récit : dessin un brin sale, façon réalisme dégueulasse dans un environnement et un paysage de pouilleux du fin fond d’un désert occidental (Amérique, Australie, Causses, cochez la case qui vous branche). On est au royaume des bouseux, le niveau vol au ras des bouses d’autruches, et pour couronner le tout, l’éleveur se tape sa belle-fille mineure. 

 

Scénario impeccable, pour un thriller fantastique — genre Maupassant moderne — La petite souriante va surtout asséner un coup de massue du fait de ses couleurs. Les teintes sont épaisses, lourdaudes — accentuant la misère de toute cette situation.

 

Mais la splendeur, on la retrouve dans chaque vignette, composée littéralement de deux couleurs — et à chaque séquence son propre binôme. Avec une narration tout à fait linéaire, ces ambiances rythment l’intrigue en apportant un séquençage filmique – j’avais à l’esprit des ambiances comme Tarentino ou Hitchcock, sans véritablement me les expliquer. 

 

Bref, ça suinte la haine, la colère ainsi qu’une certaine stupidité. Et un sens du fantastique, truffé d’humour noir. Si tout est inspiré d’une chanson d’Edmond Bouchaud, dit Dufleuve, Elle était souriante — reviendra vite à l’esprit cette autre chanson pour enfant de Steve Waring, Le Matou revient. 

 

Ou comment l’on apprend qu’on ne se débarrasse jamais de ses ennuis…
 

<

>


Zidrou, Springer – La petite souriante – Editions Dupuis – 9782800168593 – 14,50 €



Commentaires
__

(oo)

\/

||

||

||.-v-._

||\ | /

_.'" "'-.-<

/ : / \

( : ( /.

\_; \ __)

\._ . |

| / \ |

| / \ |

() ()

// ||

// ||

// ||

// /\

^^ ^^
Ou alors celui-ci



. _

. -=(')

. ;;

. //

. //

. : '.---.__

. | --_-_)__)

. `.____,'

. \ \

. ___\ \

. ( \

. \

. /

.
Le premier qui parvient à créer une autruche en signes de ponctuations + lettres gagne un exemplaire de la BD smile
,/*

(%, .#% ,#&%(.&% ,@*

/, @* %% /*

*(,@* ,@( ,&(#&%. (/

%@ *, (. (/ &/ .&

& %@@@@@@@ ,& *@@@@@@ @ *#

& @@@@@@@@ @ &@@@@@@@@,./ &

%, &@@@@@@* & @@@@@@@@@/ # ./

#, #@@@, &. .@@@@@@@# /&@&,

(*@%#@@##%&@@#. ,//. %/ &/

.(. ./%@&%%@* &

.&*. @

*# @% %.

&* *@(,/ &.

/%@&%(/,.. .*(&, ,@. #

#@(. *@/ ##

%#. .%%. .,(&@/. *&*

&* .,,,. (@(.(/

/&@&(*,.. ..,(#@&(. (*

(* #,
( `)>

||

|| ___ ~~

{ _______}

| |

_| _|
, +

;#'.` # @

,'', `@

`@ `

@ .

'

'

# '

. '

.





, :

+ #



' ,

.

+ `

:

,

, ; @

@

, + `;'@@':`

: ` @` ';

@; `@

: , : .#

; . ' ;:

@' .

. @ :

, , ;

.

@ +

@

. `

. '

; ;



` '





, @

' :

: @

;,

+ @` +`, '' @

: '` `: @' .

+ ' @ , `@ : ,@

` , ` : @

, ` ; ` ' ;

.` `@ , @ ` , : : `

:;. @ `, + . : .

`` @ + ` @ +

; ;

, . + .

, . @ ' :

` : ` `, `

: '`,'@@@#. ``

` ;

@ :

.



.

. ;

: @ `

: @ ` ;

: ' @ +

;+ ; ' +

' . . @

, . +`@

, '

@ ` '

` ;

: :

. @`:

` :

, ` ``.

' ' `

' ` .@ `

.;+, , ' `

` # '@@ ' @#.`

.@ .,'' . :

@ #

' `

' ;: # ;

: ' @ +

. @ .: ' ,





Ah ah !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.