Explorations aux confins du monde, paroles d'aventuriers

Thierry Saint Solieux - 27.04.2013

Bande Dessinée - explorations - aventures - sommets


Quand les éditions Glénat lancent leur nouvelle collection "Explora" en Mars 2012, l'évènement se déroule à la Société de Géographie, et en présence d'Olivier Archambeau, président de la Société des Explorateurs Français. Voilà qui donne le ton d'un projet où les auteurs travaillent à partir des meilleures sources documentaires possibles, et selon une rigueur toute scientifique pour raconter la vie d'explorateurs plus ou moins célèbres. 

 

chronique BD avec BDfugue

 

 

 

 

Un dossier de plusieurs pages inclus dans chaque album, et comprenant photos ainsi que textes permet d'en savoir plus encore, sans oublier des références bibliographiques pour approfondir tout cela. Christian Clot, explorateur lui-même scénarise et dirige "Explora" avec le souci de montrer l'élément déclencheur qui amène un individu parmi d'autres à trouver les moyens pour aller jusqu'au bout de son rêve. 

 

Car s'il y a toujours une raison officielle à une expédition - le prestige de la nation, la découverte de richesses, etc. - il y a le plus souvent une raison officieuse, très personnelle. Ainsi, Magellan se propose de ramener des épices, mais il veut surtout prouver définitivement que la terre est ronde et que l'on peut en faire le tour. 

 

L'intérêt de la bande dessinée étant de vulgariser (au sens noble du terme !), les différents dessinateurs se doivent de mettre en scène d'une façon efficace et théâtrale les moments clés de leur aventure. Un exemple ? La découverte par Magellan du détroit amené à porter son nom. Les photos prises par le scénariste montrent un décor impressionnant, mais guère plus. 

 

Magellan, sur BDfugue.com

 

 

Dans la BD, on prend la mesure de l'effroi ressenti par ces hommes pensant être arrivés littéralement au bout du monde... Alors, une bonne collection ? Les différents albums parus jusqu'ici permettent de répondre oui ! Certes, il ne faut pas s'attendre à des audaces graphiques ou narratives, ce n'est pas le but recherché. On est dans la continuité de la bonne bande dessinée d'aventure, classique et solide. De scrupuleux artisans œuvrent au dessin, et c'est fort bien ainsi. 

 

Si l'on peut établir une hiérarchie, je crois qu'elle se fonde sur les personnages évoqués, sur leur personnalité et leur vécu. Mary Kingsley est l'occasion de découvrir une figure pionnière dans la connaissance des peuples de l'Afrique noire et de leur culture, mais ses aventures n'ont rien de saillant. Fawcett est assez fascinant dans son portrait d'une obsession, celle de ce grand connaisseur de l'Amazonie persuadé qu'il existe une citée oubliée au sein de la forêt équatoriale. 

 

Tenzing, sur BDfugue.com

C'est par ailleurs le modèle de Conan Doyle pour son héros du Monde perdu. On monte encore d'un cran avec Burton : cet érudit au physique de colosse et au caractère imprévisible est chargé de trouver les mythiques sources du Nil, flanqué d'un fils de bonne famille. Après des péripéties ahurissantes qui tiennent en haleine le monde entier, une polémique éclate entre les deux hommes qui s'attribuent chacun la paternité de la découverte. 

 

Quant à Tenzing, c'est sans doute le volume le plus émouvant de la collection "Explora"... Tenzing Norgay est cet indo-népalais qui atteint le sommet de l'Everest le 29 mai 1953 en compagnie du néo-zélandais Sir Edmund Hillary pour la plus grande gloire de l'Angleterre et de sa toute jeune reine Elizabeth (et de nos jours, pour la plus grande fierté des « kiwi »). 

 

Né au pied de cette montagne, gardien de yak illettré, son courage et sa compétence lui valent d'être admis comme grimpeur et non comme simple chef des porteurs au sein d'une expédition montée avec une science toute militaire par le colonel Hunt. L'album revient en détail sur cette formidable aventure humaine qui devient affaire d'État et prête encore aujourd'hui à discussion. "Explora" ? 

 

Des aventures à vivre bien calé dans son canapé !