Fais péter les basses Bruno, de Baru

Clément Solym - 06.11.2010

Bande Dessinée - truands - casse - billets


Que faire de trois anciens truands motivés par un dernier larcin, de type braquage d’un camion de la Brinks, durant les périodes de fête ? Parce qu’anciens, les larrons mériteraient même plutôt le titre de vétéran, tant leur âge vénérable les ferait plus passer pour des pères Noël que des Billy the Kid…

Oui, mais en sortant de prison, Zinédine entend bien frapper un coup sévère : envoyé au trou par une balance, il revient avec les crocs, le petit. Et puis, les convoyeurs, c’est juteux comme trafic. Sauf que s’il a les dents qui raclent le plancher, il lui manque l’équipe. C’est là qu’interviennent nos trois zigues.

Gaby, Paul et m’sieur D’Alloro, comme on dit, vont reprendre du service. À l’ancienne, façon Tontons flingueurs, pour une embuscade qui tournera légèrement acide. Un peu de canarde, un peu de jalousie et surtout beaucoup de déconnade. De quoi faire plaisir au trio reconstitué, qui se relance dans un défi pas banal.

Avec trois sexagénaires en vadrouille, un illuminé bien allumé et très nerveux, nul doute que le casse ne sera pas une partie de plaisir. Et Slimane, qui s’est tiré par la voie des airs de sa brousse natale pour espérer une place de joueur de foot professionnel, a décidément mal choisi son jour pour croiser leur chemin. Encore que…

« Y’a d’la pomme », dit l’un. Ce à quoi l’autre répondit : « Y’en a. » Et y’a même un sacré panier de fruits dans ce titre, un peu bourru, très touchant et particulièrement drôle. Quand les ancêtres renouent avec le crime, c’est pour le bonheur du lecteur. Le dessin de Baru, ça reste un peu marche ou crève : pas consensuel pour deux sous, pas réaliste non plus…


Du fait main, comme on n’en voit plus tant. Expressifs en diable, ses bonshommes attirent la sympathie illico, mais avec un trait et des couleurs inégales, voire parfois proches de l’esquisse. Et forcément, ça n’emballe pas toujours dès le premier regard.

C’est là que son scénario vous attrape et vous file une banane d’une oreille à l’autre, entre immigration clandestine, football et grande criminalité. Petit pont pour esquiver les condés, lob qui aboutit dans la surface de réparation, et la pichenette qui fait toute la différence. Direct au fond des filets : Baru, c’est un homme au grand cœur. Parce qu’avec un titre de ce genre, faut en avoir sur la main.

Et dans la caboche. Pas besoin de prolongations et moins encore de tirs au but.


Fais péter les basses, Bruno, neuf ou d'occasion



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.