Forêt magique, jardin expérimental, sculpture sur bois : 3 BD à découvrir

Librairie Momie - 07.11.2019

Bande Dessinée - chronique bande dessinée - aventures récits conseils - conseils lecture libraire


BANDE DESSINÉE – En partenariat avec le réseau de librairies Momie, ActuaLitté développe une nouvelle chronique, aux accents polyphoniques : Les libraires en parlent. Chaque semaine, des libraires passionnés et spécialisés en bande dessinée, manga et comics, nous parlerons de leurs coups de cœur, pour adulte, pour enfants, pour ados… Trois titres, trois conseils, trois rencontres à faire... en librairie bien sûr.
 
BD - Livre Paris 2016
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 
 

Penss et les plis du monde Jérémie Moreau

par Morgane de la librairie Momie de de Dijon

C’est le nouvel album de Jérémie Moraux, qui est connu pour La Saga de Grimr — notamment récompensé lors du festival de la bande dessinée d’Angoulême. C’est un one shot en couleur, ça s’appelle Penss et les plis du monde.

On va suivre un jeune homme au moment de la préhistoire, il fait partie d’un groupe d’homme des cavernes, mais, lui est à part. Il a vraiment une autre vision du monde, des choses. Il n’en peut plus de devoir courir derrière les animaux pour se nourrir : ce n’est pas un chasseur, il est plutôt contemplatif, curieux, comme un philosophe, habile de comprendre comment marche le monde.

Petit à petit, il va découvrir que les arbres ont des graines, et que ces graines donnent à leur tour des arbres. Alors qu’il en a marre de courir pour survivre tant bien que mal, lui vient l'idée de créer un jardin. Mais cette aventure est loin d’être simple : c’est la première fois qu’un homme entreprend cela. Et s’ajoutent alors les aléas que la nature peut introduire et tout ce que lui peut endurer d’un point de vue psychologique.


 
Ce n’est pas simple que quitter sa tribu, de recommencer une nouvelle vie. Il va alors trouver un nouveau groupe d’individu, qui le regarde un peu comme un fou furieux. Très vite, ils se rendent compte qu’il n’est pas dingue, que son idée de jardin fonctionne.
 
C’est un album très poétique, très onirique : il offre de longs moments où on s’attache à décrire la nature, les arbres, les végétaux avec des couleurs qui en rehaussent la beauté. Il y a quelque chose de très doux, de très apaisant, même si l’histoire, elle, remue. Plein de péripéties surviennent dans la vie de notre philosophe, et les obstacles se multiplient lors de son parcours. Mais ça raconte aussi comment dompter sa vie, sa propre existence, afin de se créer son propre chemin.


 

Eli & Gaston : tome 1 esprit de l’automne, de Ludovic Villain, Celi Deregnaucourt

par Vanessa, de Momie Grenoble

Je vais vous parler d’une BD jeunesse : il s’agit d’un one shot, même si d’autres histoires pourraient se greffer à cet univers. Une petite fille, Eli, doit passer ses vacances d’été chez sa grand-mère : à la campagne, sans console ni rien… Pas très enthousiaste, elle va décider de rentrer chez elle plutôt que de rester là. 

Mais pour ce faire, elle doit passer par la forêt magique, où elle croise des animaux terrifiés par l’esprit de l’automne, arrivé quelque peu en avance.

Voilà une belle histoire de courage — il en faudra à Eli pour affronter cet esprit — qui baigne dans un paranormal fantastique. S’y ajoutent des questions autour de la tolérance et de l’acceptation de ceux qui sont étrangers, différents : en effet, les animaux terrorisés rejettent Eli, parce qu’elle est humaine. Mais découvrant qu’elle veut leur venir en aide, et n’a rien de méchant, ils finissent par la reconnaître.

Quelques ressorts comiques parsèment le livre — Eli n’est pas coutumière de la campagne, ce qui occasionne quelques déboires. De même, Gaston, son chat, est un véritable froussard : un matou pépère qui va finalement trouver des ressources pour surmonter ses peurs. Et puis, cette grand-mère, qui sait bien des choses, elle aussi…


 
Avec un découpage assez classique, plusieurs cases par pages, on ne tombe pas sur un chamboulement des codes graphiques. Le dessin est rond, accentue la dimension « choue » du récit, option super-mignon. Les lecteurs à qui je la présente sont immédiatement attirés par la beauté du trait et des couleurs — c’est joli, instantanément. 
 
Le rythme va monter crescendo, avec un départ paisible, et des événements et péripéties qui s’ajoutent : tous les personnages, animaux y compris, finissent par prendre part à l’histoire. Vraiment, la douceur des graphismes et la richesse de l’aventure en font un album agréable — même un adulte peut se régaler. Très famille-friendly, c’est un excellent moment à passer.

 

Le boiseleur, de Hubert et Gaëlle Hersent

par Leonie, de Momie Lyon

C’est un grand coup de cœur, parce que cette BD est douce comme une histoire que l’on entendait lorsqu’on était enfant — ce qui la rend conseillable aux adultes comme aux plus jeunes. Tout débute à Solidor, un village enclavé entre mer et montagnes, coupé du monde, mais célèbre pour son magnifique marché aux oiseaux. Une célébrité mondiale ! 

Tout le monde s’y rend pour trouver son oiseau — et chaque habitant en possède d’ailleurs parfois plusieurs. Nous suivons Illian, jeune garçon sculpteur sur bois, qui produit des cages justement : lui aimerait avoir son oiseau, mais n’a pas l’argent pour cela. Alors, il va sculpter un rossignol de bois, criant de vérité.

On accourt pour voir cette réalisation exceptionnelle, on se presse : désormais, les commandes affluent pour avoir sa sculpture. Mais alors… qui voudra encore d’un oiseau vivant ?


 
La bande dessinée est littéralement découpée comme un conte pour enfants — j’insiste cependant : le public en serait plutôt adulte. Le trait a quelque chose d’ancien, touchant presque à la gravure tant il est ciselé et fin, avec un magnifique découpage. Les cases sont foisonnantes, avec une immense profondeur : pas de petitesse ici, avec des dessins réduits et des textes de dialogues. On découvre d’énormes doubles pages, de grandes planches richement travaillées, avec des petits encarts de texte.
 
Tout débute d’ailleurs par cette phrase « En ces temps forts lointains », qui nous plonge dans le monde des contes et légendes. Les personnages restent classiques — le jeune garçon ingénu, la jeune fille très belle, le maître dur et exigeant — pour s’articuler autour d’un récit qui prend de l’ampleur. Pas d’intrigue, à proprement parler, mais un dénouement, que l’on attend, avec impatience.

 


En partenariat avec les librairies Momie, ActuaLitté vous fait découvrir les coups de coeur des librairies en manga, comics et bande dessinée, et bien d'autres informations sont partagées sur leur blog.



Jérémie Moreau – Penss et les plis du monde – Delcourt – 9782413013518 – 25,95 €
Ludovic Villain, Céline Deregnaucourt – Eli & Gaston ; L’esprit de l’automne – Ankama – 9791033509875 – 19,90 € 
Hubert (Scénario) Gaëlle Hersent (Dessinateur) – Le Boiseleur – Soleil – 9782302077782 – 19,99 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.