Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Gérard de Mathieu Sapin : la face cachée de Depardieu

Nicolas Ancion - 20.03.2017

Bande Dessinée - Gérard de Mathieu Sapin - Gérard Depardieu acteur - BD Depardieu histoire


Mathieu Sapin est passionné par les hommes de pouvoir : après avoir suivi les coulisses de la campagne présidentielle qui a mené François Hollande jusqu'à l'Elysée, il a passé cinq années dans l'ombre de l'un des acteurs français les plus populaires dans le monde et les plus sujets à polémique en France : Gérard Depardieu.

 

Avec pour résultat un « Gérard » fascinant, qui loin de donner une explication simple et transparente à la trajectoire du comédien et à son exil de France vers la Belgique puis la Russie de Poutine, offre au lecteur l'opportunité de saisir la complexité du personnage et ses multiples paradoxes.

 

Sans formation, mais sans cesse plongé dans la lecture ; sans ambition politique, mais proche de plusieurs hommes d'État à la réputation sulfureuse ; collectionneur d'art contemporain et grand mangeur, le Gérard Depardieu de Mathieu Sapin semble avant tout hanté, dévoré même, par le désir permanent de mordre la vie à pleines dents. Quitte à en perdre tout autre repère... ou quelques molaires.

 

 

Depardieu sans aucun filtre

 

Pendant cinq années, Sapin a été admis dans la garde rapprochée de l'acteur, informé par les assistants et l'agent de l'acteur des moments où le bédéaste est le bienvenu. Carnet de croquis dans la poche, le bédéaste voyage dans le même avion que Gérard, mange aux même tables, descend parfois même dans le même hôtel.

 

Et pourtant il semble conserver d'un bout à l'autre de son projet une fascination pour le personnage hors norme qu'il dessine, à la façon d'un zoologiste qui aurait l'honneur de suivre Nessie au fond de son Loch ou le Yéti sur les pentes neigeuses du Tibet. N'est-ce pas Sapin qui, il y a quelques années encore, dessinait le « Journal de la Jungle » ?

 

Le plus frappant est la façon dont Sapin entoure en permanence son personnage principal des bruits qui l'accompagnent : des borborygmes, des éructations et des reniflements, avant tout, qui ramènent le Gérard à un état assez proche, au fond, du règne animal.

 

Puis il y a ce regard en biais, ce pif en poire, cette panse qui proémine, tout ça tiendrait plus du pachyderme que de l'humain, s'il n'y avait la propension de Depardieu à tout commenter, à inviter ceux qui l'entourent à goûter, à manger, à boire, à s'en donner à cœur joie, à communiquer à leur tour ce qu'ils pensent et ce qu'ils sentent. Tandis que l'imposant Gérard, lui, ne boit que de l'eau ou presque, les autres sont encouragés à ne se refuser aucun plaisir. Comme si la vie ne pouvait s'apprécier sans en mâchouiller un bon bout.

 

 

Depardieu sans aucun frein

 

Malgré les multiples exubérances du personnage, on sent que l'excès permanent et l'effervescence maladive de l'acteur cachent assez mal des failles profondes. De nombreux instants de silence et des phrases inachevées semblent remuer des souvenirs d'enfance, des images de la mère, des années de galère et de beuverie, des malheurs traversés. Dont Gérard ne dira rien de précis, mais dont Sapin parviendra tout de même par moment à entrevoir la profondeur et à transmettre les fêlures.

 

Sans jamais juger le personnage, Sapin le donne à voir, à entendre, à suivre au pas de course, d'une rencontre avec des types louches dans une suite d'hôtel à un tournage de documentaire sur les tombes d'un cimetière en passant par son majestueux hôtel particulier où il déambule en caleçon et chemise ouverte. D'un bout à l'autre, c'est le même homme, entier, presque touchant dans ses errances, toujours au centre de l'attention, persuadé d'être coulé dans un moule exceptionnel et bien conscient de n'avoir aucun égal, ni en ego, ni en impertinence. Mais la liberté et l'énergie ne suffisent pas à rendre un Depardieu heureux, dirait-on...

 

Depardieu sans fioriture

 

Avec son dessin à la ligne claire plutôt enfantine, Sapin va droit à l'essentiel : il place ses personnages dans l'espace, puis à l'aide de quelques commentaires fléchés dans les marges distille les informations nécessaires pour bien saisir la situation. Tout le reste se joue dans les dialogues et, parfois, la voix de Sapin dans un cartouche en haut de case. Un dispositif très classique, qui permettra à tous les lecteurs de rentrer dans ce projet sans effort, comme un gamin face à sa première aventure des Schtroumpfs ou de Tintin.

 

Loin de l'hagiographie ou du reportage factuel, Mathieu Sapin signe un album fascinant, où l'on regarde agir un spécimen humain qui ne semble entrer dans aucune des catégories humaines habituelles, si ce n'est celle des monstres. Pas tellement monstre sacré, d'ailleurs, plutôt phénomène de foire, en perpétuelle ébullition, en presque constante jubilation. Et ce plaisir se transmet au lecteur, qui n'a pas envie de quitter ce Gérard, si puissamment croqué.

 


Pour approfondir

Editeur : Dargaud
Genre :
Total pages : 160
Traducteur :
ISBN : 9782205076042

Gérard ; cinq années dans les pattes de Depardieu

de Mathieu Sapin(Auteur)

Mathieu Sapin rencontre Gérard Depardieu en 2012. Il l'accompagne en Azerbaïdjan à l'occasion du tournage, pour Arte, d'un documentaire sur les traces d'Alexandre Dumas. Une relation unique se noue entre les deux artistes. Dès lors, Gérard Depardieu va inviter Mathieu Sapin à partager son univers, ses pensées (philosophiques ou triviales), ses coups de gueule, que ce soit lors de tournages, au Portugal ou aux quatre coins de l'Europe, d'un voyage exceptionnel en Russie ou, tout simplement, d'un repas dans la cuisine

J'achète ce livre grand format à 19.99 €