Gisèle et Béatrice : du harcèlement sexuel au fantasme de la domination

Thierry Saint Solieux - 21.09.2013

Bande Dessinée - Gisèle - Béatrice - harcèlement sexuel


Comme beaucoup de ses confrères travaillant dans le monde de la BD, Benoit Feroumont s'amuse à réaliser des dessins érotiques, pour son plaisir personnel ou celui de ses proches. Certains d'entre eux sont publiés sur le blog "Gracy Gimp" où l'on peut y voir des choses bien éloignées de son épatante série Le Royaume (Dupuis), pré-publiée dans le Journal de Spirou, et franchement destinée à la jeunesse. 

 

chronique BD avec BDfugue

 

 

 

 

Surtout, on y découvre les premiers pas des héroïnes de son dernier ouvrage, Gisèle et Béatrice (Dupuis). Un livre érotique, et même pornographique, mais d'une intelligence rare et d'une drôlerie irrésistible ! Sans rien changer dans son dessin, toujours très simple, mais expressif, et sans beaucoup de décors, Benoit Feroumont nous raconte une histoire se déroulant dans un cadre contemporain et pleinement réaliste : travail précaire, harcèlement sexuel, hégémonie masculine dans les rapports sociaux. 

 

Son personnage principal, Béatrice, est une employée de bureau moins bien payée et moins considérée que ses collègues mâles. Lorsque Georges, son patron, lui propose une "promotion canapé", elle le piège grâce à une plante magique ramenée d'Afrique, qui le transforme en femme !!!

 

Georges devient "Gisèle", l'archétype de la femme socialement vulnérable, sans papiers et sans passé, au physique de « web porno star » et à l'accent chaotique d'une immigrée d'Europe de l'Est, coincé(e) dans l'appartement de Béatrice qui en fait son esclave domestique et sexuel. De son côté, Béatrice (que la fameuse plante  a doté d'un pénis aux dimensions plus que respectables) accède au poste désormais vacant de Georges, c'est une femme forte, pleine d'imagination, qui assouvit un besoin de domination.

  

Domination, et même humiliation pour Georges, un salaud qui l'a bien mérité. D'abord révolté, il finit par accepter son sort et en tirer avantage.

 

Gisèle et Béatrice, sur 

BDfugue

Loin du plaisir égoïste et basique d'un prédateur sexuel masculin, Georges assume ses nouveaux désirs, apprend à les partager, donne et se donne à l'autre. En découvrant tout le potentiel érotique d'un corps de femme, il prend le dessus en menant le jeu et rendant Béatrice esclave de ses caresses expertes. 

 

Les jeux sexuels sont mis en scène crûment, mais sans vulgarité. Les rapports de séduction et la complicité qui s'installent peu à peu sont montrés par des regards et des attitudes très convaincants, très réalistes. 

 

L'humour, constant dans les situations et les dialogues, apporte un côté léger à une histoire finalement assez dure. "Contenu coquin pour adulte coquin" nous annonce un sticker apposé sur la couverture de l'album, ce qui annonce une BD gentiment érotique, alors qu'on part d'un viol suivi de séquestration ! Gisèle et Béatrice peut-il être considéré comme un album féministe ?

 

C'est en tout cas une histoire qui parle de façon très habile et très divertissante du fantasme de la domination, tout à fait respectable s'il ne déborde pas du cadre de la sexualité et des jeux intimes entre adultes consentants. Au-delà... le débat est lancé !!! 

 

Ajoutons que cet album est publié dans la superbe collection "Aire libre", mais dans un petit format ravissant. La présentation sous fourreau vous procure une charmante surprise lorsque vous sortez le livre de son carton : un pur plaisir fétichiste !




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.