Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Idéal standard, d'Aude Picault : obsolescence programmée du sentiment

Auteur invité - 22.08.2017

Bande Dessinée - femme couple amour - relation stable famille - rencontre espoirs relations


Claire est une (jeune) femme de trente-deux ans. Claire est infirmière. Claire est célibataire. Claire sociabilise, flirte, date, et au gré des rencontres, des envies, elle couche et se réveille dans les bras d’un homme « qui ne l’aimera pas plus loin que l’aurore », comme disait la chanson.




 

Claire a des espoirs. Elle aspire à un modèle de vie : monogame, hétérosexuel, en couple, marié, avec enfant(s). Or, au bout de ses rêveries, il y a l’horizon de la réalité, urbaine, individualiste et rythmée par le travail. Alors Claire tempère ses espoirs d’amour à l’occidentale, empreints de sentiments fous et passionnels. Claire s’adapte et s’engage avec un homme, Christophe. Un (jeune) homme d’une trentaine d’années.

Christophe travaille dans la finance. Christophe sort avec ses potes et au détour des rencontres et des réseaux de connaissance, il rencontre des filles. Il rencontre Claire. Christophe s’installe dans cette relation comme on prend ses aises dans une chambre en présentation chez Ikea : tout a l’apparence du confort, du charme et de la volupté, mais tout est artificiel et hors de prix. 
 

Le quotidien s’installe, l’illusion s’amenuise, le vernis des apparences s’effrite. Il suffira d’une petite graine pour faire germer le doute, faire fleurir les préjugés et mûrir le fruit de la discorde dans leur couple. 
 

Aude Picault réussit le tour de force de faire de l’histoire des aléas sentimentaux et conjugaux d’une jeune trentenaire le miroir d’une génération. Une génération tiraillée entre les aléas de la modernité, son individualisme, l’obsolescence programmée des sentiments et la permanence des espoirs fondés sur la vie à deux. 
 

Idéal standard n’est pas l’énième portrait d’une femme célibataire. Idéal standard est dès son titre une réflexion sur l’affirmation de soi dans les sociétés urbaines contemporaines. C’est une ode à l’émancipation individuelle des clichés et de la fatalité. 
 

<

>


 

Emmanuel Vacher,
Le Bateau Livre (Lille) 


en partenariat avec le réseau Initiales


Aude Picault – Idéal standard – Editions Dargaud – 9782205073157 – 17,95 €