Interférences : l'épopée des radios pirates en France

Nicolas Ancion - 09.03.2018

Bande Dessinée - épopée radios pirates - france radios pirates - interférences radios pirates


Non, les radios n'ont pas toujours été commerciales. Il fut un temps où elles étaient libres et, avant cela, une époque où elles faisaient l'objet d'un monopole d'Etat. Entre les deux, durant une période bouillonnante, de premières radios pirates ont conquis pas à pas la liberté des ondes. C'est cette épopée que raconte Interférences, publié aux Editions Dargaud.


 

 

Difficile quand on écoute la radio aujourd’hui d’imaginer qu’il n’y a pas si longtemps l’État régnait sans partage sur les ondes. L’ORTF seule diffusait aux six coins de l’Hexagone la bonne parole et la bonne musique qui l’accompagnait.

Mais les plus informés ont eu vent dès la fin des années 70 des émissions diffusées par Radio Caroline depuis son bateau au large des côtes anglaises et bientôt les premières radios pirates ont vu le jour en métropole. Brouillées par l’État, traquées, sanctionnées, elles vivront dans la clandestinité jusqu’à ce que François Mitterrand n’ouvre la bande FM aux premières « radios libres ». 

 

À hauteur d’hommes
 

Puchol et Galandon ont choisi un excellent sujet pour leur docu-fiction, qui dépeint les années 70 à travers le destin de deux amis, Pablo et Alban, qui vont se passionner pour une même cause, celle de la libre antenne, pour des raisons bien différentes. L’un parce qu’il aime la musique, l’autre parce qu’il souhaite à tout prix défendre la liberté de la parole politique.

 

Au cours de la décennie qui a suivi les événements de mai 68, la société française est tiraillée entre le besoin de s’ouvrir, de donner de l’espace d’expression a la jeunesse qui a fait le coup de force et n’entend pas rentrer dans les rangs, et celui de maintenir l’ordre et la puissance du pouvoir central. Giscard est aux manettes et la France manœuvre à vue, pour éviter de tout réprimer, comme de tout libérer.

 

De nouveaux sons
 

Alors que le film The Boat That Rocked (traduit en « français » – sic – sous le titre Good Morning England) pouvait à travers sa bande-son donner à entendre la musique qui a donné le tempo à cette épopée radiophonique, la bande dessinée ne peut qu’espérer réveiller, par le texte des refrains, les mélodies que le lecteur a peut-être en tête. C’est un désavantage par rapport au cinéma, mais c’est pour cette raison sans doute que le récit s’ancre plus profondément sur les personnages et les enjeux qu’ils portent que le long-métrage anglais réalisé sur le même thème.

 

Il faut donc saluer plus particulièrement la mise en scène et les dialogues de Laurent Galandon, qui nous donnent à entendre cette période mouvementée, à la façon d’un reportage et applaudir le remarquable travail de la dessinatrice, Jeanne Puchol, qui ne se contente pas d’illustrer l’histoire à la façon d’une de ces trop nombreuses biographies dessinées dont les éditeurs nous ont abreuvés ces dernières décennies, mais donne réellement corps aux personnages.
 

 

En noir et blanc
 

L’encrage assez sombre des cases, contribue largement à construire l’ambiance du récit et à lui donner une tonalité de polar (après tout, si ces jeunes gens font de la radio, ils passent surtout leur temps à tenter d’échapper à la police), à la fois sombre et tranchante. Le trait assez gras est plus percutant quand il s’attarde sur les planches sans paroles que lorsqu’il illustre les passages où les dialogues sont plus fournis. Mais les plus belles images sont celles des panoramas et paysages qui s’invitent de temps à autre en ouvertures de scène.

 

Au final, ce livre accomplit parfaitement l’objectif qu’il s’est fixé : il donne à lire avec beaucoup de plaisir une page oubliée de l’histoire de nos médias, celle d’une révolution douce, menée à bord de camionnettes et relayée par les ondes hertziennes. Elle n’a duré qu’un temps, mais, sans elle, le paysage sonore de la France ne serait pas celui qu’il est aujourd’hui.


Scénario Laurent Galandon, dessin et couleurs Jeanne Puchol - Interférences - Editions Dargaud - 9782505067313 - 17.99 €

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Dargaud
Genre :
Total pages : 128
Traducteur :
ISBN : 9782505067313

Interférences

de Galandon, Laurent ; Puchol, Jeanne(Auteur)

Côte d'Opale, 1973. Alban et Pablo, adolescents et amis, profitent de leurs vacances, au gré des ondes de Radio Caroline - cette radio pirate émettant depuis un bateau - et des formes des jeunes anglaises...

J'achète ce livre grand format à 17.99 €