Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

L'esprit de Lewis : le don de l'écriture vaut-il un amour éternel ?

Anahita Ettehadi - 28.10.2017

Bande Dessinée - fantome amour éternel - dont écriture mots - écrivain deuil amour


Betrand Santini (Hugo de la nuit, Grasset, 2016) et Lionel Richerand (L’étrange réveillon, Grasset, 2012) réalisent un roman graphique tout aussi sublime que mystérieux. Paru chez Soleil dans la collection Métamorphose, L’esprit de Lewis (Acte I) met en scène la rencontre d’un jeune homme en deuil et le fantôme d’une inconnue.

 

C’est le 30 novembre 1898 que périt la mère de Lewis Pharamond. Aussitôt les affaires de succession et d’héritage résolues, le jeune homme se retire au Manoir de Childwickbury, la résidence de son enfance. Lewis est convaincu que son chagrin lui servira de moteur pour commencer la rédaction de son roman, et enfin donner corps à son rêve le plus cher  : devenir écrivain. Accompagné de sa chienne Tania et dorloté par Martha, la servante, Lewis s’attelle à son projet d’écriture, non sans difficulté  : l’inspiration lui fait défaut. 

 

C’est alors qu’il est témoin d’étranges phénomènes. Si Lewis est tout d’abord effrayé par ses apparitions lugubres, il est très vite fasciné par les pouvoirs de cette femme fantôme qui se présente à lui. Il souhaite l’aider à lever le voile sur sa mort, et malgré quelques réticences, Sarah accepte finalement de répondre à ses questions et de décrypter les secrets du Codex Mortis à ses côtés... 

 

Bertrand Santini imagine un conte fantastique digne des grands maîtres du genre, à mi-chemin entre Edgar Allan Poe, Bram Stocker et Susan Hill. Dès les toutes premières pages, il parvient à instaurer une atmosphère oppressante ; le lecteur est tout de suite saisi d’un malaise certain, sans savoir s’il doit rire ou frissonner. L’auteur joue en effet sur les tons, passant de l’angoisse à l’humour, puis du tourment à la tendresse. Son écriture, raffinée et voluptueuse, est en parfait accord avec l’époque et renforce l’aspect terrifique de l’intrigue. 

 

Le portrait de Dorian Gray,
avec une femme dans le rôle du dandy

 

Quant aux illustrations de Lionel Richerand, celles-ci restituent toute la belle étrangeté du récit, à travers des décors bleutés, des visages éplorés et de grandes silhouettes vaporeuses. Son style à la fois mélancolique et burlesque rappelle les tableaux de Caspar David Friedrich, dont le célèbre L’homme contemplant une mer de brume, et les folles créatures de Tim Burton. Le lecteur pénètre dans son monde comme dans un cabinet de curiosités, intrigué par ses monstres empaillés au mur, ces renards-spectres à dents pointues et autres ectoplasmes féroces. 

 

Puisant ses marques dans l’univers gothique, L’esprit de Lewis pourrait être le petit frère de L’effroyable encyclopédie des revenants, écrit par Pierre Dubois et illustré par Elian Black Mor' et Carine M (Glénat, 2014). Mais c’est avant tout l’histoire d’une rencontre singulière entre deux êtres égarés et meurtris qui, contre toute attente, s’éprennent d’affection l’un pour l’autre. Un somptueux livre-objet dont seule la collection Métamorphose possède le secret de fabrication. En somme, le conte parfait pour célébrer l’arrivée de la Toussaint. 

 

<

>

 

 

Bertrand Santini ; Lionel Richerand – L'esprit de Lewis T.1 – Editions Soleil – 9782302063945 – 16,95 €


Pour approfondir

Editeur : Soleil
Genre :
Total pages : 72
Traducteur :
ISBN : 9782302063945

L'esprit de Lewis T.1

de Bertrand Santini ; Lionel Richerand

Lewis Pharamond est un jeune écrivain en plein deuil. Bouleversé par la mort récente de sa mère, il traverse l'Angleterre pour s'installer à Childwickbury, le manoir de son enfance où il espère pouvoir écrire son premier roman d'inspiration gothique. Mais hanté par le chagrin, il n'arrive pas à écrire une ligne... Bientôt, des phénomènes étranges se produisent... et une nuit, la responsable de ces événements apparaît. Elle se nomme Sarah, fantôme d'une Française à la beauté remarquable. Au fil des jours, Lewis et Sarah apprennent à se connaître, et en échange d'une promesse d'amour éternel, le fantôme offre au jeune homme le don de l'écriture. Un acte qui ne sera pas sans conséquences pour Lewis...

J'achète ce livre grand format à 16.95 €