L'inspecteur Mc Cullehan : Pierre Schilling détourne l'enquête

Nicolas Ancion - 03.04.2019

Bande Dessinée - Pierre Schilling - Les requins marteaux - polar


Le principe est bien connu, plus les genres sont codifiés, plus ils sont faciles à parodier. C'est pour cette raison que l'enquête policière, genre majeur du petit écran, du cinéma et de la BD a pu donner naissance à des parodies qui tirent dans toutes les directions. L'enquête de l'inspecteur Mc Cullehan par Pierre Schilling s'inscrit dans cette déjà longue tradition.
 


Tout commence de façon très classique : l'inspecteur Mc Cullehan est appelé dans le bureau de son supérieur et se voit confier une affaire de meurtre. Mais dès qu'il est question de choisir le partenaire qui complétera le tandem sur cette enquête, on sent que le récit s'écarte de la trajectoire habituelle.

Un seul flic reste disponible pour accompagner l'inspecteur en mission et c'est le pire de tous, Davis, déjà incapable de s'extirper du sac de couchage dans lequel il a passé la nuit (la fermeture éclair est bloquée). Sans bras et sans jambes, le coéquipier ressemble plus à un boulet (on une chenille) qu'à un policier digne de ce nom.
 

 

Indices, indics et fausses pistes
​​​​​​

Pierre Schilling respecte tous les codes du récit du genre. Jolies filles et dealers qui jouent les indics, Indiens et Blacks dans les rôles secondaires, scènes de dialogues dans la voiture, faux coupables, portrait-robot et indices capitaux. Mais tout est légèrement décalé, comme il se doit, pour que l'enquête dérape du côté de l'absurde et du non sens.

On ne peut s'empêcher de penser aux jubilatoires enquêtes du Commissaire Toumi dessinées par Anouk Ricard et publiées par Sarbacane (en moins délirant, toutefois).
 

Enquête à l'italienne


Les collectionneurs vont encore râler : l'album est au format à l'italienne, plus large que haut, il va falloir le ranger dans la bibliothèque avec la tranche visible ou accepter qu'il dépasse du rayonnage. Les planches sont d'une régularité parfaite. Six cases carrées par page, quoi qu'il arrive, pour cadrer les personnages tracés d'une ligne claire un peu tremblante, dans un style naïf et épuré, qui se soucie peu des cours d'anatomie ou des détails superflus.

L'essentiel est dans les bulles et dans les rebondissements un peu potaches de cette affaire malmenée en tous sens. Si ce n'est dans sa résolution, car Pierre Schilling, s'il s'amuse à rendre ses personnages plus bêtes que nature, à glisser de l'art contemporain et des chaussettes de sport dans les pattes de ses indics, n'oublie pas de résoudre l'énigme et de retrouver le coupable du meurtre commis en pleine rue.


Pierre Schilling , L'enquête de l'inspecteur Mc Cullehan. Les requins marteaux – 9782849612507 – 16 EUR


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.