La modernité n'épargne pas le Royaume : du fil de l'épée au canon scié

Thierry Saint Solieux - 11.05.2013

Bande Dessinée - chevaliers - armes - amour


Un brave type en couple avec une mégère ? Cela arrive parfois dans la vie... Et dans la série Le royaume (Dupuis) de Benoit Feroumont, c'est bien le cas ! Le roi Serge est vraiment une bonne pâte. La preuve ? Il permet à sa servante Anne de dormir avec lui dans son lit, car elle a peur des hiboux. 

 

 

chronique BD avec BDfugue

 

 

Anne étant très jeune et très jolie, ça énerve la reine qui est de toute façon imbuvable. À sa décharge, sa famille n'est pas facile à vivre : la fille, Cécile, est une écervelée qui monopolise la salle de bain, fait tourner en bourrique le personnel et embête ses frères Adrien et Alain. Deux imbéciles qui ne font rien de leurs journées excepté jouer au bilboquet. 

 

Anne est donc renvoyée du château et décide d'ouvrir une taverne pour gagner sa vie et devenir son propre patron, ce qui correspond à son caractère, heu... entier ! Forcément, les clients mâles affluent, la langue pendante devant la belle aubergiste qui, soyons honnêtes, prépare de très bonnes tartes. Seul bémol, deux oiseaux tapent l'incruste et perturbent les consommateurs en disant des grossièretés (ben oui, ils parlent) et en imaginant des blagues de très mauvais goût. 

 

Parmi les nombreux soupirants de la belle Anne, le plus constant est certainement François le forgeron, un sympathique garçon bâti comme une armoire normande. Candice, la fille de son patron le maître Marcel est raide dingue de lui mais il ne voit que Anne et la demande en mariage tous les jours. Et lui offre une rose en fer forgé à chaque fois. Pas la meilleure façon de parvenir à ses fins... 

 

Il marque des points en sauvant Cécile d'un enlèvement ourdi par le frère du roi, et en triomphant du chevalier Jean-Michel, beau et con à la fois. Entre mariage princier laborieux et défis absurdes pour embrouiller François, la série va son petit bonhomme de chemin jusqu'à cette dernière parution, Les armes du maître Marcel. Le royaume est paisible, comme toujours. 

 

En fait, il ne s'y passe jamais rien, mais les soldats sont bien pourvus en armes blanches coupantes et tranchantes par le maître Marcel, jusqu'à ce que la modernité fasse une bruyante apparition sous la forme d'arquebuses. Son contrat d'exclusivité étant rompu, Marcel doit trouver une nouvelle clientèle.

 

Le Royaume Tome 5

les Armes de Maître Marcel

sur BDfugue.com

Comment convaincre les habitants du royaume de s'armer ? En payant des bandits qui sèment la terreur d'autant plus facilement que la fine fleur de la garde royale accompagne la princesse Cécile qui se marie dans la province voisine d'Arbédie. 

 

Ne restent que le capitaine Patapouf, les soldats Déglingos, Crétinos et Bollos. Mais le ver est dans le fruit : les bandits décident d'augmenter unilatéralement leur pourcentage dans cette lucrative machination, puis finalement de prendre le pouvoir dans ce royaume si prospère. Racket, châtiments corporels, et injustices de toutes sortes deviennent le lot quotidien des habitants. 

 

La famille royale est en prison, en compagnie de François qui fulmine à l'annonce du mariage annoncé entre le chef des bandits et Anne, qui n'a pas vraiment le choix. L'avenir est bien compromis... Pré-publié dans Spirou, et destiné a priori aux jeunes lecteurs, cette série est une petite merveille tous publics !!! 

 

Les couleurs sont joyeuses et le dessin expressif avec des moyens très simples, mais efficaces. L'ambiance est celle d'un cartoon loufoque, avec des répliques qui font mouche. Un petit bonheur !

 

 

 

{CARROUSEL}