Le Bon, la Brute et le Truand : laissez parler la poudre (d'escampette)

Clément Solym - 04.05.2012

Bande Dessinée - Bon - Brute - Truand


Toi qui, assoiffé, viens t'abreuver à l'eau du cactus gorgé, fontaine miraculeuse pour le despérado privé de sa mouture par de tristes sires ; toi qui fais claquer tes éperons sur tout plancher de saloon où le piano se tait soudaine ; toi qui parcours l'ouest avec un cigarillo machouillé depuis des semaines, en quête de verts pâturages, mais qui, secrètement, est à la recherche de l'or noir ; toi qui as toujours préféré les sombres héroïnes aux sombreros…

 

Cette chronique est faite pour toi, cette chronique est la tienne...

 

Petit accompagnement musical, traditionnel et de rigueur :

 

 

 

Et plongeons dans la poussière et le sable des étendues désertiques

 

 

Le Bon

 

de la semaine sera, n'en déplaise à ces dames, UNE bonne, et pas des moindres. Avec ses réflexions effleurant le ras des pâquerettes, sa logique si futile et superficielle de l'existence qu'elle fait espérer en l'intelligence artificielle, Mademoiselle f mérite avant tout notre respect, le plus profond et sincère.

 

Cette cruche à peine dégourdie est un puits de petites piques et de commentaires mi-désabusés, mi-sarcastiques, certes, mais toujours tendres et drôles. Serge Dehaes sort là une petite gourde, écervelée, mais gentiment. Loin de l'Agrippine râleuse et étouffante, Mademoiselle f est la maîtresse dont les maris rêvent… pour leurs pires ennemis. 

 

Rien de simple, si ce n'est le fil de ses envies, rien de compliqué, sinon le choix de ses tenues, rien d'impossible, sinon de perdre 3 kg avant l'été. Publiée au Lombard, cette merveille de potiche est un must-have, avec des dessins qui tiendraient volontiers en une case… mais ce n'est pas demain la veille qu'on la casera, la miss… (Le Lombard, 12 €)

 

 

Retrouver Mademoiselle f, dans notre librairie, avec Decitre

 

La Brute

 

est assez peu recommandable, cette semaine, puisqu'elle navigue "Entre chien et loup", un titre publié chez Yggdrasill, et signé de Morgil et Torta. Ce premier tome, avec des loups-garous démoniaques, des vampires détestables de prétention et un héros solitaire, gambadant sur les chemins à la recherche de créatures maudites à massacrer est un bon titre.

 

Clairement, s'y retrouvent les bons éléments qui proposent un univers médiéval cohérent, avec des monstres, des gentils bien identifiés - c'est facile, ce son les neuneus humains - des vampires bien perfides - sales bêtes - et un héros tourmenté par une famille pas toujours très facile à accepter. 

 

Protecteurs apparents des humaines, les vampires sont ici des sauveurs, accueillis à bras ouverts, que Korgan, le héros, a refusé de rejoindre. Les humains en viennent même a accepter sans rechigner les sacrifices envers leurs nouveaux protecteurs. Korgan, chasseur de monstres, refuse la passivité de ses congénères et décide de chasser démons et vampires. Face à lui se dresse 4e Clan, un groupe de trois vampires extrêmement puissants. (10,95 €)

 

Du tout bon

 

Retrouver Entre chien et loup, dans notre librairie, avec Decitre

 

 

Le Truand

 

Sera cette semaine incarnée par toute une société. Les plus jeunes, d'aujourd'hui, plus encore que jamais, ne se souviennent probablement pas du tout de Sacco et Vanzetti, auxquels Aragon avait dédié tout un poème. Dans les années, aux États-Unis, deux immigrés italiens vont incarner tout ce que la chasse aux sorcières pouvait signifier. Le pays lutte contre le communisme redouté, fait face à des attentats perpétrés par des groupes qualifiés d'anarchistes.

 

Bref, pas vraiment le moment d'avoir le profil idéal pour servir de bouc émissaire. C'est pourtant ce qui va arriver aux deux bonhommes, accusés de deux brasages, pour lesquels ils seront condamnés au cours de deux procès distincts, et en juillet 27, les deux hommes n'ont plus qu'à se préparer à la peine de mort.

 

La chaise électrique emportera ces deux victimes du système, dont la mémoire ne sera lavée de tout soupçon qu'en août 1977. Florent Calvez fait ainsi paraître chez Delcourt, pour 14,95 €, l'affaire authentique de cette sombre affaire. On trouve même trace du troisième homme, Madeiros, souvent occulté. Toute une société qui se met à chercher des victimes expiatoires - seuls contre toute une armée de truands…

 

Retrouver American Tragedy, dans notre librairie, avec Decitre