Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Le jardin de Minuit, par Édith : voyage aux multiples facettes

La rédaction - 23.03.2017

Bande Dessinée - Le jardin de Minuit Édith - voyage aux multiples facettes - critique bande dessinée


« C’est un jardin extraordinaire
Pour ceux qui veulent savoir où ce jardin se trouve,

Il suffit pour ça d’un peu d’imagination »

 

Charles Trenet chantait son jardin en 1957, il aurait presque pu rencontrer Le jardin de Minuit d’Édith, où le merveilleux et l’imaginaire se croisent hors du temps. Inspiré du roman de Philippa Pearce, Tom’s midnight garden, paru en 1958, cette bande dessinée pour petits et grands invite le lecteur à un voyage aux multiples facettes.

 

 

 

Le jeune Tom s’ennuie chez son oncle et sa tante, où il est accueilli le temps que son frère guérisse de la rougeole. La maison est grande, le dernier étage est occupé par une dame âgée qu’il ne faut pas déranger. Une nuit, après avoir écouté le surprenant treizième coup de l’horloge du couloir, Tom cède à la curiosité : il ouvre la porte de l’arrière-cour !

 

Cette porte sera, nuit après nuit, l’accès à un jardin immense, magnifique espace de jeux et de découvertes, dans un passé où les heures passent en quelques minutes. Tom y rencontrera Hattie, une fillette de la fin du XIXe siècle.

 

Le lecteur, qu’il ait l’âge de Tom ou plus, est lui aussi très curieux de prolonger ce voyage dans le temps. Le plaisir de lecture est judicieusement accentué par le fait que Tom relate tous les jours ses aventures en écrivant à son frère : ce e correspondance est jalonnée de ses questions.

 

« Il n’y a plus de temps », lui répond l’inscription sur l’horloge. Une horloge qui donne la bonne heure, mais qui sonne de travers. Comment expliquer ces rencontres nocturnes avec des inconnus, dans une temporalité distordue ? La fin du séjour de Tom précipite l’arrivée de réponses qui laissent la place au mystère. Il n’y a que les souvenirs pour colorer notre passé, et les rêves pour lui donner une réelle place au quotidien.

 

Édith, auteure de « La chambre de Lautréamont » aux Éditions Futuropolis, réussit à nouveau l’expression graphique des émotions et des époques grâce à son dessin rond et délicat, tout en jouant des contrastes de couleurs. Un dessin qui crée l’empathie immédiate entre le lecteur et le petit Tom.

 

Danielle Beauguion,

Vent de soleil (Auray)

 

 

 

en partenariat avec le réseau Initiales

 

<

>