Le super héros avec une tétine dans la bouche est de retour

Clément Solym - 02.01.2012

Bande Dessinée - bébé - tétine - adultes


On a promis, pour 2012, ActuaLitté se met un peu plus à la jeunesse, parce qu'après tout, c'est encore là que l'on peut découvrir de petites choses fraîches et savoureuses. À l'exemple de Tetine Man. Ce n'est pas sans exaspération que l'on découvre ce tome 2 - sic ! - en se disant que le premier nous est passé sous le nez, sans que l'on y prête attention.

 

Alors, voilà : Tétine Man est un enfant qui a décidé « de garder sa tétine » quoiqu'il advienne. Christophe Nicolas et Guillaume Long signent ici la seconde fresque des brèves aventures de Tétine Man, pas vraiment l'étoffe du superhéros classique, ni le créneau aujourd'hui complètement étouffé depuis qu'il faut donner vie à des personnages en culottes courtes.

 

Tétine Man a pourtant deux pouvoirs : sa tétine, et les grognements qu'elle lui permet de vaguement formuler, et son regard de braise, qui tétanise les grands, les petits, les autres quoi. Mais Tétine Man est-il crédible ? À l'occasion des fêtes, nous lui avons fait passer l'épreuve du feu, justement en racontant son histoire à Lucas, 7 ans et son petit frère, Anselme, de 4 ans « et trois fois des quarts », comme il le revendique si bien.

 

Résultat : ni l'un ni l'autre ne trouve que la revendication poiltico-tétinesque ne fonctionne réellement. Mais le petit Tétine Man les amuse « parce qu'il n'est pas d'accord avec ses parents », et qu'il fait ce qu'il veut. Tout risque d'anarchisme effréné fut immédiatement tempéré, il ne manquerait plus qu'à 7 ans, germe dans un petit crâne que la liberté c'est de faire ce que l'on veut, et de désobéir à ses parents.

 

La Tétine = 0, l'affirmation de soi = 1. Anselme avoue ne pas aimer que Tétine Man se perde dans le marché, mais il fut soulagé qu'il finisse par retrouver son papa. Réflexion par ailleurs très juste : « Sans sa tétine, il aurait pu dire plus rapidement qu'il cherchait son papa. » Et après une seconde de réflexion, Anselme à une illumination : « Peut-être qu'en fait, Téti'Man, il veut pas parler aux adultes, ni aux enfants, parce qu'ils les aime pas. »

 

Diable, Tétine Man, un philosophe cynique ? 

 

Hypothèse insolite, puisqu'après tout, l'enfant accepte tout de même d'échanger, mais selon ses critères et son usage de la tétine. Ne pas parler la langue des autres, ce qui, après tout, dans le refus de la communication, comme disait Camus, est une tentative de communiquer tout de même. Ira-t-on jusqu'à la désobéissance civile ? Attendons le tome trois pour reprendre les thèses de l'américain Henry David Thoreau avant de trancher. 

 

 

Reste que les aventures de Tétine Man auront su interpeler nos deux petits garçons, principalement pour son côté anticonformiste - mais également parce que le Père Noël lui serre la main. Et ça, c'est mieux que les 15 minutes de gloire d'Andy Warhol : ça vous pose un véritable et authentique héros. 

 

De quoi être convaincu, que, oui, Tétine Man, c'est « le plus fort ». 

 

Et parole de Lucas : « Sa tétine, ça fait bébé, mais en fait, c'est comme son déguisement, pour pas qu'on sache que c'est un héros. » 

 

Dont acte.

 

Tétine Man 1 et 2 sont à retrouver sur Comparonet

 

Illustration piquée ici