medias

Les Chroniques du Confiné : Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain...

La rédaction - 02.04.2020

Bande Dessinée - films copains abord - moustache acteur retour - copains film productio


BANDE DESSINÉE – Faits du jour : Bein, la Foire du Trône est annulée, Wimbledon est annulé, la vente de voitures est en chute libre, c’est bientôt Pâques. Alors oui, les vacances, on a mis une croix dessus, mais vous n’avez pas envie d’un bon gros lapin en chocolat vous ? Dernière bonne nouvelle, les écosystèmes marins pourraient se reconstruire d’ici à 2050, si ce n’est pas beau ça !



 
Aujourd’hui, on va vous parler d’une bande dessinée, signée Courty et Efix, Avec ou sans moustache. Cet album, paru en début d’année aux éditions Grand Angle, est un hommage appuyé au cinéma français, et plus spécifiquement aux films de copains, de bandes : le Splendid, l’équipe du Café de la Gare, les films d’Audiard et d’Yves Robert, ou des productions plus récentes comme les Petits Mouchoirs.

On y reconnait des comédiennes et comédiens célèbres qui ont fait les beaux jours du 7e art, tels Anouk Aymé, Stéphane Audran, Jacques Balutin, Victor Lanoux ou Claude Brasseur. On pense aussi immédiatement au film de Michel Blanc Grosse Fatigue en parcourant cette BD, drôle, touchante, teintée d’un brin de nostalgie si typiquement française. C’était vraiment mieux avant ? En ce moment, peut-être oui… Faisons le bilan dans quelques mois, vous voulez bien ?
 

Il était une fois, jadis...


Pierre-Jean Rochielle, acteur désabusé à la retraite, mélange assez évident de Jean-Pierre Marielle et de Jean Rochefort, vit en ermite dans son appartement avec son chien Adolf. Seules incursions dans le monde, la promenade en compagnie d'Adolf — et récolte de crottes — et son éclair au chocolat chez Mado. Ronchon et routinier, il rumine, non sans rancune et rancœur, son succès passé. Un beau César du meilleur second rôle traîne d’ailleurs au milieu de son salon. Il y’a 30 ans, Rochielle a eu son heure de gloire, en jouant dans la trilogie des Copains d’abord.

Depuis, il s’est fâché avec ses copains, lesquels ne se lassent pas de le flinguer en public. Pierre-Jean a tourné la page cinéma… tout ça c’est du passé. Il se satisfait de son train-train et de son chien.



 
Un jour, le téléphone sonne… On lui propose de tourner le quatrième opus des Copains d’abord. Hors de question, il refuse, il ne remettra pas les pieds dans cet univers pourri. Mais Adolf meurt, et tout son univers bascule. L’appel des caméras se fait sentir. Alors, il va décider de reprendre du service sans être vraiment lui. Il passe le casting en tant que sosie de lui-même. Il rase sa moustache, se colle un postiche, et hop, le tour est joué.

Pierre-Jean deviendra Henri Floda — Adolf, Floda, vous comprenez — et s’envole pour Menton pour le tournage avec ses vieux potes, qui se laissent berner… ou pas. Au final, le film ne se fera pas, faillite du producteur. Pierre-Jean révèlera son identité, se réconciliera avec ses camarades, et trouvera même l’amour. Et, il va se lancer dans la grande aventure YouTube, qui donnera un nouvel élan à sa carrière et à celle des Copains avec leurs Brèves de Vieux !
 

Les copains d'abord...


Souvenirs, embrouilles, déballages, explications, disputes, pardons, notre bande de vieux acteurs sur le retour sont hauts en couleurs. Ils picolent, fument, se droguent. Ils ne sont pas prêts à décliner, bien qu’ils soient tous conscients du temps qui passe. C’est plutôt à la mode le troisième âge, et cet album nous rappelle que nous avons tous beaucoup à apprendre de nos aînés, ceci en dépit de nos appréhensions. Les vieux, « on fait peur aux jeunes parce qu’on leur renvoie l’image de ce qu’ils seront malgré les promesses qu’ils se sont faites ». Pas faux, tentons de tenir nos promesses.

Humoristique, émouvant, chantant, une belle bande-son accompagne l’album, les scènes sont soignées, les dialogues de Courty percutants et le rythme soutenu. Une vision sucrée-salée des relations humaines, une douce critique de la grande famille du cinéma, et surtout une belle histoire d’amitié, qui perdure malgré la distance et les naufrages. 

Au début de l’album, les couleurs sont claires, ternes, désaturées ; les teintes grises, beiges, taupes prévalent. Puis, Pierre-Jean quitte la ville direction la Côte d’Azur. Là, explosion de couleurs, les retrouvailles ont du bon et ramènent un peu de piquant et de soleil ! Les dessins ronds d’Efix donnent vie à des personnages expressifs, parfois un peu caricaturaux, qui nous font bien marrer ! Un vrai feel-good book et une histoire à la jolie morale : personne n’est jamais totalement has-been dans la vie et il n’est jamais trop tard pour se réinventer. Donc, si vous apercevez une deuxième chance, attrapez-là !

À demain, les confinés, et n’oubliez pas les personnes âgées en ce moment. Sacrifiez un de vos 15 paquets de pâtes et deux de vos 88 rouleaux de papiers toilette pour la vieille acariâtre du deuxième, elle s’en souviendra après le confinement, et nous aussi !


Courty, Efix – Avec ou sans moustache – Grand Angle – 9782818975848 – 18,90 €

Dossier : Retrouver Les Chroniques du Confiné


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.