medias

Les McFox, 1 Praxis et Compagnie de Gaudin et Trichet

Clément Solym - 24.04.2010

Bande Dessinée - famille - college - Praxis


On a beau dire que les renards sont rusés, et qu’ils font la loi, et qu’ils signent du bout de leur épée d’un Z qui ne signifierait en l’occurrence absolument rien, dans la famille McFox, on n’est pas vraiment très outillé côté cervelet chez les mâles. Praxis, c’est le grand frère. Ecto, le petit. L’un c’est la bête adolescence qui s’exprime dans tout ce qu’elle peut avoir de puberté et de goût pour la musique. L’autre, l’innocence naïve et touchante du petit frère un peu débilou.

Entre les deux, une maman mère au foyer et un père qui dirige une société dont l’unique intérêt est de faire vivre sa famille. Bref. Le reste, c’est un peu un teen movie avec des animaux partout, et dans lequel on aurait remplacé les rapports sexuels tant convoités par de la musique, des sourires en coin et des préoccupations vraiment très éloignées du lycée et des cours.

À ce titre, je ne me souvenais pas que les Malveillantes avait obtenu le Boncourt… Mais la mémoire, ça vous joue facilement des tours…

Tout va partir légèrement en cacahuète dans la vie rangée et presque calme des McFox lorsque deux inspecteurs d’Académie viennent fourrer leur nez dans le lycée (ou collège en fait) et qu’en parallèle Mme McFox s’apprête à devenir vendeuse de savon et autres produits de beauté. Et pour comble, le père se fait un tour de rein… Jusque-là tout va bien, n’est-ce pas ?

Résultat, un petit titre qui ne décanillera pas trois pattes à un canard. C’est léger sans être inédit, frais sans vous défriser, et ça se lit entre le café du matin et la tartine de confiture, sans même s’arrêter de se raser.


Un titre assez quelconque, où il ne se passe pas grand-chose,et probablement pas poussé assez loin dans les gags et les situations rock’n roll pour convaincre.
Plutôt collège movie que teen movie d’ailleurs. Après tout pour une petite peste, le pire que Praxis McFox commet, c’est de rouler en skate brièvement dans le collège et sécher une heure de retenue. Pas vraiment l’étoffe d’un Bart Simpson de ce point de vue là.

Et puis, bon les goûts les couleurs, hein, mais le dessin ne m’aura pas emballé…


Comme la série débute, pas la peine d’être vindicatif ni trop dur : on attend de voir la suite et les prochains tomes. Maintenant que les protagonistes sont posés et la situation bien amorcée, ça pourrait prendre une tournure vraiment originale. Après tout, l’idée elle-même est plutôt sympathique, alors pas de raison que les deux larrons à la barre n’en fasse pas quelque chose de bien…

Plus d'extraits, à cette adresse.