Les pieds nickelés battent la campagne

Clément Solym - 25.10.2012

Bande Dessinée - Pieds - Nickelés - Hollande


J'avais déjà eu l'occasion de signaler ici sur Actualitté à quel point je trouvais la reprise des Pieds Nickelés par le talentueux Philippe Riche ambitieuse et percutante. Je n'avais encore pu lire à l'époque que le premier album de cette nouvelle collaboration étonnante et, aujourd'hui, après lecture du deuxième, je ne peux que confirmer ces premières impressions.

 

Dans cette nouvelle aventure, Croquignol, Filochard et Ribouldingue se font déloger dès les premières planches de leur campement de fortune par la gendarmerie. Embarqués de force avec leurs Roms de voisins, ils amènent bien vite les CRS à comprendre qu'on ne peut pas expulser des Français par charter. Qu'en faire, alors, sinon les relâcher ? Les trois clochards les plus célèbres de la bande dessinée retournent alors à la rue et à leur caravane éventrée, suivis au petit trot par un clébard que les Roumains n'ont pu ramener au pays, qu'ils baptisent aussitôt Bojolais. Mais en pleine campagne électorale, qu'y a-t-il de plus médiatique que des familles expulsées ?

 

Les candidats défilent sur le terrain vague occupé : Hollande puis Mélenchon, qui se prennent le chou, alors que nos trois héros cherchent à tout prix un moyen de renflouer leurs caisses et de trouver un toit. Et pourquoi ne pas profiter de la bonne volonté de ces deux équipes politiques si bienveillantes ? Ou de celle d'une association de défense des animaux ?

 

Philippe Riche poursuit ainsi la tradition lancée par Forton en 1908 et animée pendant presque un siècle par René Pellos : imaginer des aventures ancrées dans l'actualité de la France, mais décalées en tous points par la personnalité hors-norme des trois protagonistes. Roublards et grandes-gueules à la fois, ils sont portés par une mauvaise foi sans limites et un sens de la débrouillardise qui fait des merveilles. Plus c'est gros, plus c'est culotté, plus on a envie d'y croire.

 

 

Toujours aussi ambitieux et exigeant sur le traitement graphique de ses personnages, Philippe Riche y va lui aussi au culot et à l'audace. Il semble découper ses cases et ses séquences en toute liberté, supprimer les décors quand ils ne servent pas le propos, recentrer l'action sur la coexistence des corps, ceux des trois héros bien sûr, géométriquement opposés (un rond, un pointu, un allongé), mais aussi ceux des personnages secondaires.

 

Riche emprunte les codes de la caricature pour dépeindre ses protagonistes mais il les réduit à leur plus simple expression, quasi, abstraite parfois. On sent qu'il prend du plaisir à faire l'économie des codes habituels de représentation de la BD franco-belge pour mettre l'accent avant tout sur l'efficacité de la narration. Ses planches s'éloignent de la représentation réaliste mais sont d'une lisibilité totale. Un vrai tour de force.

 

Je l'admets volontiers : les Pieds Nickelés sous la palette graphique de Riche sont esthétiquement puissants, à la fois novateurs et libérés. Avec ce deuxième volet, Philippe Riche démontre qu'on peut être un bédéaste de pointe et s'attaquer à l'une des séries les plus traditionnelles du répertoire, sans que personne, ni l'artiste ni ses lecteurs, ne perde quoi que ce soit en chemin. Bravo.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.