Les pieds nickelés prennent un coup de jeune

Clément Solym - 04.07.2011

Bande Dessinée - pieds - nickeles - philippe


Il n'y a rien de plus casse-gueule en bande dessinée que de tenter de reprendre une série dont les héros ont marqué l'imaginaire des lecteurs, depuis leur plus tendre enfance. On sait combien d'errements Spirou et Fantasio ont connus ces dernières années, avant de trouver un nouveau souffle sous la plume de Fabien Vehlmann et le dessin de Yoann. Les Pieds Nickelés, créés par Forton en 1908 et animés pendant des décennies par René Pellos, qui donna à chaque membre du trio son apparence typique, est du même tonneau. La relève est difficile. Trap et Oiry ont tenté l'aventure avec pas mal de talent, durant deux épisodes intitulés « la nouvelle bande des pieds nickelés », mais l'alchimie n'a sans doute pas bien fonctionné.

Changement de pilote, changement de ton, changement d'éditeur.

Voici donc que Philippe Riche se lance à son tour dans l'aventure, lui qui avait signé aux Humanoïdes associés un diptyque remarquable, aux couleurs chaudes et à l'ambiance explosive : « L'association des cas particuliers ». C'est désormais Vents d'Ouest qui héberge la série, après avoir réédité 96 anciens récits en quelques années. Dès la couverture, on voit que le parti pris est radical. Virage à 180 degré, particulièrement sur le rendu graphique : autour de leur Rolls Royce de location, les malfrats en costumes trois pièces se la jouent bling bling. Fond en à plat, corps géométrisés à l'outrance : Philippe Riche ne fait pas dans la demi-mesure, il annonce la couleur d'emblée. Tout va changer ou presque.

Certes, on retrouve les trois personnages, Croquignol, Filochard et Ribouldingue, glandeurs et arnaqueurs de profession, à leur ixième sortie de prison. Cette fois, ils sont bien décidés à se tenir à carreau et à trouver du boulot réglo. Mais à force de chasser le naturel, il revient au galop comme une charge à cheval de la gendarmerie. Les trois compères auront bientôt une idée de génie qui leur permettra d'arnaquer les nantis. Ils vont monter de toute pièce un paradis fiscal en plein cœur de la France pour convaincre quelques VIP d'y investir leur fortune. N'importe qui trouverait l'idée foireuse mais les Pieds Nickelés ne sont pas n'importe qui. Rien ne les arrête, surtout pas la police !

Le scénario est amusant, plutôt fidèle à la série, même si nos trois zéros prennent avec ce nouvel album pleinement pied dans le XXIe siècle. C'est clairement sur le plan graphique que la série prend un coup de jeune. Philippe Riche a une patte bien à lui, qui s'étend de la morphologie des personnages au traitement des décors, en passant par les expressions, les couleurs toniques, les grands à-plats de noir et ce trait singulier, tantôt marqué tantôt presque absent, qui laisse une belle place à l'imagination du lecteur et à l'énergie du dessin.
 

Le résultat n'est pas déroutant, il est emballant. Les pieds nickelés restent une série bon enfant, grand public, mais grâce à ce traitement visuel ambitieux, les albums s'annoncent beaux et largement novateurs dans leur façon de mettre l'histoire en mouvement. Espérons que Riche trouvera encore le temps de pondre des scénarios de son crû et de respirer en dehors de cette lourde charge, qui risque de lui prendre pas mal d'énergie, s'il est appelé à poursuivre la série pendant des années. Il le mérite largement.