Maltraitance animale : Adieu, veau, vache, cochon, couvée...

Florent D. - 26.03.2019

Bande Dessinée - maltraitance animale - animaux ferme - Abattoir mort inconnu


BANDE DESSINÉE – La vie de cochon star a cela d’enviable qu’il peut devenir la coqueluche des réseaux sociaux, en un rien de temps. Néo avait fini par disposer de comptes Twitter, Facebook et chacune de ses apparitions défonçait le moindre lolcat dont la toile est pourtant friande. Mais ça, c’était avant…



 
Recueilli par des néoruraux antispécistes, Néo avait trouvé la voie royale : lui qui avait quitté l’état de mignon petit porcelet, sans pour autant accéder au rang de porc digne de faire des saucisses, trouvait là un arrangement idéal. Une retraite de star, sans contraintes ni questions existentielles… Ces gens, suffisamment tolérants pour accepter que chien et cochon squattent le canapé devant la télé, ne s’attendaient pas à une descente des services policiers.

Et c’est avec une violence imbécile qu’une armée de Robocops débarqua dans la ferme, pour capturer les animaux présents. La bataille fait rage : tout comme Carthage en son temps, la ZAD delenda est… 

Néo se retrouve alors avec pour compagnons de route, ayant réchappé à la rafle — littéralement, l’une des bêtes parle de déportation ! – une brebis et une poule qui se veut coq. Amis des crises identitaires, bonjour. 

Leur voyage va les porter vers un monde que l’on ne reconnait qu’à regret : celui de la maltraitance animale, où l’unique fin possible passe par L’Abattoir. « Que la nature est cruelle », commente Néo voyant un hibou s’emparer du lièvre qu’il avait rencontré. « Parce que tu crois que les humains sont des agneaux ? », lui répond la brebis.

« Je ne sais pas… Jusqu’à la nuit dernière, je n’avais jamais eu à me plaindre d’eux. » Partis en quête d’une terre d’accueil, l’arche de Néo ne sera que métaphorique, bien qu’elle ait essuyé un véritable déluge. 

Voilà bien une bande dessinée que l’association L214 pourrait porter bien haut : car derrière l’épopée animalière, c’est toute la question du traitement des bêtes à plumes ou poils qui est posée. Quand L’abattoir devient l’unique obsession, la survie des la race animale semble passablement mal barrée. 

Existe-t-il un paradis à découvrir, dans l’espoir que soit permise une vie sans mort atroce ? 

Avec un dessin particulièrement réaliste — âmes sensibles, attention aux têtes tranchées, ou presque — L’arche de Néo passe par la fable pour nous parler de la condition des bêtes. Sensibles, complexes, probablement plus qu’on ne voudrait l’imaginer, nos amis à sabots, fendus ou non, et ergots, méritent certainement plus de considérations que celles dévoyées par la société consumériste.

La quête d’un El Dorado, dans laquelle tout humain pourra s’identifier, passe par cette aventure initiatique. Et n’épargne guère le lecteur. De quoi regarder avec bien plus de circonspection son steak…


L'Arche de Néo - Tome 01



Stéphane Betbeder (scénario), Paul Frichet (dessin et couleurs) – L’arche de Néo ; À mort, les vaches — Glénat — 9782344027035 – 14,95 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Glenat
Genre :
Total pages : 64
Traducteur :
ISBN : 9782344027035

L'arche de Néo T.1 ; à mort, les vaches !

de Betbeder, Stephane ; Frichet, Paul

Poussé à la retraite après une fulgurante carrière de modèle, Néo - un cochon nain en pleine croissance - rejoint une Z. A. D. où il est accueilli par des amis des bêtes dans une ferme occupée. Quand ceux-ci se font violemment déloger par les forces de l'ordre, Néo s'enfuit en compagnie de quatre autres animaux de basse-cour, seuls rescapés du champ de bataille. Il y a Renata, la vache laitière, moulin à paroles et serial gaffeuse ; Bruce le boeuf des Highlands, qui traverse une violente crise d'adolescence ; Ferdinand, la poule qui se prend pour un coq ; et Soizic, la brebis bretonne à la toison épaisse et au caractère bien trempé. La petite troupe doit quitter cette zone de guerre ou ils seront capturés et envoyés à l'Abattoir. Maintenant, il leur faut trouver une nouvelle terre d'accueil... Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ", parait-il. C'est même inscrit dans la loi. Il ne leur manquait que la parole et c'est désormais chose faite. Stéphane Betbeder plonge ses personnages à quatre (et deux) pattes dans une odyssée animalière que n'auraient pas renié les plus grands héros du genre humain. Cette nouvelle série trépidante abordera les thèmes touchant à la condition animale (abattoirs, traitement réservé aux animaux domestiques, tests pharmacologiques, combats d'animaux, etc.) ; Chaque album interrogeant le rapport particulier que nous entretenons avec les autres espèces qui partagent avec nous la planète.

J'achète ce livre grand format à €