medias

Masqué T.2 : Paris a ses Watchmen

Clément Solym - 15.06.2012

Bande Dessinée - masque - superhéros - paris


Le premier tome se terminait sur une apothéose presque homérique. Ce deuxième tome introduit la première grande confrontation de cette saga en quatre volumes. Masqué est le fruit d'une collaboration bluffante entre le scénariste SF Lehman, et le trait de Créty qui offre à voir un néo-Paris coincé entre futur pas si lointain et retour à la belle époque. Dans cette ville-monde qui doit beaucoup aux lectures de Jules Verne, les deux artistes réhabituent l'imaginaire collectif aux superhéros.

 

Déjà dans Brigade chimérique, Lehman exhumait les anciens mythes de la science-fiction oubliés. Ceux fauchés par l'oubli de Verdun et de la montée en puissance du fascisme. Aujourd'hui, l'heure est à un défrichage du genre. Avec des codes culturels bien de chez nous. Dans ce deuxième tome, nous retrouvons l'ancien soldat Brafford rescapé d'une embuscade dans le Caucase. Seul indice pour le lecteur, un petit pan de cape rouge. Mais Superman peut se rhabiller, Paris-Métropole, avatar monstrueux de notre Grand Paris n'est pas l'Amérique des années 50.

 

Notre chère ville-lumière n'en finit plus de secréter ses propres cellules. De plus en plus évoluées, ces anomalies démontrent que le gigantisme et cette ultra-modernité sont de sinistre augure. Après un humanoïde conçu, voici le tour de la Némésis de la police. Fuseur, être brumeux comme une allégorie de nos toxines urbaines. Dans ce nouvel opus, on en apprend un peu plus sur les jeux de pouvoirs et l'on se dit que Brafford aura des choix viscéraux à faire.


 

Métaphysique et surhommes au bout du périph'

 

Si dans le chapitre précédent les panoramas nocturnes faisaient furieusement rappeler les Voyages extraordinaires d'Hertzel, le suivant fait appel à une action plus marquée par le jour. Signe des temps, les super héros s'assument. Brafford et son nouvel ennemi  apprivoisent le ciel parisien, mais on peut parier que les prochaines luttent se feront sous terre. Comme le rappelle Serge Lehman, le rapport de l'Europe à son sol est très profond.

 

En témoignent les nombreuses références à la coquille d'escargot. Plus évidents, les multiples renvois à notre actualité nous rappellent que l'on aurait tort de lire Masqué comme de la science-fiction, l'anticipation est bien proche. Entre les propos grivois de Houellebecq, les prises de position de BHL et le retour de Jean Nouvel, Paris-Métropole est au bout du périph'. Les requins de Métropolis face aux Anonymous. Au milieu, demeurent ceux qui sont pris dans la tourmente du changement.

 

 

Cette proximité avec notre époque a le mérite de faire accepter la situation fictionnelle même aux plus réticents. Didactique, le premier volet présentait la ville, le second pointe les dilemmes d'un militaire dans un jeu de factions. Bien avant de présenter une histoire de surhommes, c'est l'humanité vue sous un nouveau jour qui s'exprime.  Métaphysique, fourmillant de symboles, cette série se rapproche de ce qu'on appellerait un bon comics indépendant. Au pays de la BD, on y ajoutera une saveur cinématographique.

 

Rien d'étonnant lorsque l'on sait que Lehman a travaillé sur l'adaptation sur grand écran du Nikopol de Bilal, pour donner l'onirique Immortel, ad vitam. De son côté, Créty signe chez Dark Horse du Star Wars. Comme Lucas il y a 40 ans, Lehman et Créty dépassent l'œuvre de SF pour relater une geste plus grande.

 

Une ville-lumière perdue qui tend moins vers Bradbury que le Paradis de Milton.

 

Retrouver ce livre dans notre librairie

avec Decitre




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.