Mon livre d'heures : du noir et blanc débordant de nuances et de force

Nicolas Ancion - 20.10.2020

Bande Dessinée - Frans Masereel - Tardi - gravure


ROMAN GRAPHIQUE - Attention, chef d’œuvre. Une fois de plus, les éditions Martin de Halleux rééditent un livre majeur de Frans Masereel (souvenez-vous, nous avions parlé de La ville sur Actualitté, il y a quelques mois), achevant ainsi en deux ans la republication de la totalité des romans sans parole de ce graveur visionnaire et radical. Pas un mot, il est vrai, dans ces 167 gravures, mais une force indubitable de communication qui, cent ans après la première publication de Mon livre d'heures, n'a rien perdu de sa lisibilité, de sa force et de son humanité.

Je ne sais pourquoi, dans la triade des valeurs républicaines, la fraternité m'a toujours semblé le parent pauvre. Pas besoin de réfléchir longtemps pour constater que la liberté est défendue sur tous les fronts et par tous les bords politiques ou presque, tandis que l'égalité est non seulement le sujet de nombreux combats mais aussi de maroquins qu'on se file de secrétariat d'état en ministère : égalité des genres, des origines, de traitement, de salaires... Et la fraternité, pendant ce temps-là ? Eh bien j'ai cru l'apercevoir tout au long de « Mon livre d'heures », ce petit bijou ciselé dans des planches de poiriers par l'immense Frans Masereel en 1918, à la sortie de la Grand Guerre.

Considéré comme l'un des tous premiers romans entièrement composés d'images, ce livre majeur est à la fois un tour de force narratif, un récit autobiographique et un programme de vie, voire un art poétique à lui tout seul. Dans les 167 gravures qui composent ce livre, Masereel se raconte à travers ce personnage qui à la première planche débarque en train dans la grande ville et finit, à la dernière, par ne plus être qu'un squelette en balade. Une vie entière se déroule entre les deux, avec ses enthousiasmes, ses combats, ses amours.

Gravure après gravure, on visite la planète entière, les cinq continents et leurs coulisses, on tombe amoureux, on dresse une barricade, on pisse sur les nantis, on joue avec des enfants dans la nature, on bosse à l'usine, on visite un expo, on boit des coups, on se bat à mains nues, on bottes les fesses des curés et des colons, on lit, on rit, on s'émerveille. Et quand tout est fini, on retourne à la première page pour prendre le temps de regarder de plus près les aventures du double de l'auteur et le coups de ciseau du graveur surdoué. Rien que du noir et du blanc, mais que de nuances !

Si Tardi signe la préface, c'est surtout la postface de Samuel Dégardin qui mérite une lecture attentive. Dans ce texte passionnant, on découvre comment Mon livre d'heures de Masereel a conquis le public lettré de son époque, de Romain Rolland à Stefan Zweig, et dans quelles circonstances l'auteur s'est attaqué à ce projet d'autobiographie fictionnelle hors normes. La lecture du roman graphique en séquences proposée par le postfacier ne manque pas de pertinence, on pourra prendre appui sur ce guide pour parcourir à nouveau les pages de cet épais album.

Les Editions Martin de Halleux, qu'on ne félicitera jamais assez pour cette initiative salutaire, referment avec ce roman purement graphique, la réédition des œuvres introuvables du graveur belge et flamand, pionnier de la narration sans parole en images. Mais cette réédition ne tient pas du fétichisme bibliophile ou de l'envie de commercialiser de bien beaux objets (ce que chacun des livres de la maison sont indubitablement) à l'attention des collectionneurs, car ces reparutions sont accompagnées de nouvelles publications, à l'invitation de l'éditeur, dans un format inventé par Masereel, celui du roman sans paroles en 25 planches.

Deux auteurs se sont déjà pliés à l'exercice, Joe Pinelli et Thomas Ott. Nous avons eu l'occasion de les lire quelques semaines avant leur sortie officielle. Autant dire que ces deux albums sont eux aussi extraordinaires, nous en reparlerons très bientôt. Mais que cela ne vous empêche surtout pas de replonger dans les six titres de Masereel. En silence, en noir et blanc, mais avec un bonheur immense.

Frans Masereeel - Préface de Jacques Tardi, présentation de Samuel Dégardin - Mon livre d'heures - Martin de Halleux - 9782490393138 - 24 €
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Martin De Halleux
Genre : peinture
Total pages : 221
Traducteur :
ISBN : 9782490393138

Mon livre d'heures

de Frans Masereel

Chef d'oeuvre de Frans Masereel, tout à la fois roman d'apprentissage, récit d'aventures picaresques et récit biographique, Mon livre d'heures relate les pérégrinations de l'alter ego de l'auteur aux prises avec les réalités du monde. Articulé en une série de séquences narratives, le récit prend forme au gré de ses déambulations et de ses rêveries. Anarchiste libertaire déclaré, il préfère jouir des plaisirs de la vie que des joies du travail.Citoyen du monde qui ignore frontières et préjugés, il choque les esprits étriqués et vit sa vie sans contraintes en pleine liberté.

J'achète ce livre grand format à 24.00 €