Pills, Ozanam + Singelin

Clément Solym - 20.11.2010

Bande Dessinée - pillules - drogues - consommer


Quand les riches ne savent plus quoi faire, ils se défoncent. Avec tout ce qui est légalisé. Bonheur : l’Etat a justement ouvert les portes au commerce de drogue. On les appelle des STUCE, pour Stupéfiants Tolérés à usage contrôlé par l’Etat. C’est cosmique, tant les effets sont multiples et variés, bien loin des petites cames que l’on peut trouver de nos jours.

Allez, pour l’édification personnelle de tout un chacun et le petit moment de rêve, en voilà quelques-uns : Diamond Dogs, qui fait planer au sens littéral, et vous embarque où le vent vous porte. Cosmic Dancer vous démultiplie, à prescrire pour les narcissiques, ou encore le Liquid Sky, qui permet d’être imperméable et de respirer sous l’eau. Tout un programme, non ?

C’est avec un prise de Diamond Dogs qu’Emma se retrouvera dans les quartiers populaires, à rencontrer Alice, Elmer et Medhi. C’est toujours là-bas que le vent trimballe les toxos qui s’y essaient… Mais il faut rentrer en ville. Une voiture, et au fil du trajet, les quatre sympathisent. Emma est étudiante en journalisme : pour emmerder le monde, elle veut mener une enquête sur les STUCE. Medhi, dealer au temps de l’illégalité, a conservé ses fonctions au temps de la légalité.

Et les voilà partis tous quatre dans une grande farandole de drogues diverses et variées. On se défonce, gentiment, jusqu’au moment où la cargaison qui vous tombe dans les mains ne venait pas d’un enfant de chœur…Et pour les quatre, les choses deviennent légèrement plus tendues.


Des histoires de drogues connues, Pills n’est pas une simple redite, voire une resucée. Originale et bien tournée, elle fait faire un tour du monde de stupéfiants complètement délirants, et surtout imaginatifs. On traverse les murs ou l’on sort de son corps pour un petit voyage astral délirant. Et abondance de bien, ne nuit pas : tout le monde en trouvera pour son compte.

Avec un scénario bien senti, nos quatre ados vont déchanter. Personnellement, c’est avec le dessin que j’ai déchanté. Vraiment inégal, trop irrégulier, il donne bien à l’ambiance générale une certaine psychedelic-attitude… mais je reste sceptique. Tantôt fantasque, tantôt grave, le trait des personnages – les décors sont quasiment absents, ou relégués loin dans le paysage – donne une identité nette. Sauf que, bon, ça manquait de tenue pour moi.

Un bon point cependant, vraiment à noter : le rythme (pas tant dans le découpage, d’ailleurs) oscille, se ralentit, démarre en trombe. Pas question de monotonie ni de longueurs, c’est aux petits oignons. Et le tout aura suffisamment intrigué pour attendre le prochain volume… A suivre…



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.