Pornographie et cinéma de série B(D)

Clément Solym - 16.06.2012

Bande Dessinée - cinéma - série B - pronographie


Ce soir, Brüno est un peu fatigué après une journée de travail sur sa planche à dessin. Et puis, il ne fait pas beau, pas assez pour sortir, en tout cas. Alors, il se prépare un sympathique plateau-repas et glisse dans son lecteur de DVD quelques-unes des pépites de sa collection : un B movie d'horreur, un nanar de science-fiction... et un petit porno ! Mais voilà : présumant de ses forces, il s'endort devant l'écran, tout se mélange dans son rêve, et vous avez le résultat entre les mains : Lorna (treize étrange)…

 

La Chronique BD, avec 



 


Non, en fait, cet album est à l'origine une récréation entre deux planches de Commando colonial, une suite de séquences sans lien entre elles, réalisées en toute liberté pour se faire plaisir et alimenter un blog. D'où l'aspect fourre-tout et délirant d'une histoire constamment surprenante !

 

Dont je tente de vous faire le résumé : un frère et une sœur tombés en panne dans le désert sont agressés par un monstre. 

 

Lorna ; heaven is here

Lorna, Heaven is Here, de Brüno

sur BDfugue.com

Dans son état normal, celui-ci est honorablement connu comme étant Henri Luxe-Butol, un fils à papa qui dirige un labo pharmaceutique et vient de piquer à un de ses chercheurs la formule d'un développeur pénien. Pour se venger, ledit chercheur lui injecte du sang de tarentule modifié. Ce qui complique la liaison qu'entretient Henri avec Tamara Teets, actrice porno et femme d'affaires ambitieuse.


Un monstre sanguinaire ? Voilà qui intéresse l'armée américaine, toujours à l'affût d'une arme secrète de qualité. Et pendant ce temps, un pingouin extra-terrestre débarque sur notre planète avec un vaisseau spatial ayant la forme d'une femme blonde géante et nue... Si j'ajoute que la mise en couleurs de l'album se résume à une bichromie flashy au possible... vous êtes conquis, j'en suis sûr !


Cet hommage au cinéma bis est truffé de références : "La colline a des yeux" pour la séquence d'ouverture, ou "L'attaque de la femme de 50 pieds" mais il n'est pas nécessaire de les connaître sur le bout des doigts pour passer un très bon moment, je vous l'affirme !!!


Brüno est un amoureux érudit  du cinoche des années 70, et lui rend hommage régulièrement en BD : souvenez-vous de Inner city blues (Vents d'Ouest)  pur produit de la blaxploitation, ou de Biotope (Dargaud) improbable croisement de la science-fiction et du polar urbain. Même le porno a toute sa sympathie : voir Brigitte Lahaie à l'œuvre l'émeut toujours autant.


Arnold et Rose

Arnold et Rose de Gabrielle Piquet

Sur BDfugue.com

Et de la pornographie, il y en a dans Lorna, avec des gros plans explicites à la clé. Mais qui nous semble presque abstraite, par la grâce du dessin très stylisé de Brüno, et même poétique : la séquence dans la mangrove est assez étonnante ! Bonus irrésistible, la jaquette de l'album reproduit l'affiche de "Big boobs hospital", un sommet dans la carrière de la belle Tamara Teets... Enjoy !!!

Mais jetez un coup d'œil à celui-ci...

Après Les enfants de l'envie (Casterman), Gabrielle Piquet nous régale à nouveau de son dessin aérien dans Arnold et Rose (Casterman). Au travers de dialogues très recherchés, d'une écriture raffinée et hors du temps, voilà l'histoire de deux enfants idéalistes.


Devenus adultes, les conventions sociales les empêchent de se réaliser en tant qu'artistes, et pour Arnold, l'extrémisme politique apparaît comme un exutoire. 


Un livre déroutant et beau.