Reportages, documents, chroniques : la Revue Dessinée, LE trimestriel

Thierry Saint Solieux - 14.12.2013

Bande Dessinée - la revue dessinée - mook - bande dessinée


En septembre 2013, La Revue Dessinée voit paraître son premier numéro. À l'origine de ce projet, on trouve un collectif d'auteurs de bandes dessinées dépités par l'attitude des éditeurs lors de la négociation sur les droits numériques. Voulant rompre avec l'album BD traditionnel, son nombre de pages déterminé et de son mode de diffusion immuable, ils pensent à une publication purement numérique mais sans trouver de modèle économique viable. 

 

La Revue Dessinée se présente donc sous des aspects multiples : une version papier diffusée dans les librairies et sur abonnement, une version enrichie de suppléments photo, son et vidéo consultable sur le site internet ou téléchargeable en application (« App » pour les intimes) pour les tablettes et autres écrans nomades. 

 

Appartenant à 82 % à ses fondateurs, La revue dessinée complète son financement grâce au site participatif Ulule - lui permettant de fidéliser un grand nombre de lecteurs avant parution - et à l'éditeur Futuropolis à hauteur de 5%. 

 

Un précieux appoint, puisque Futuropolis achète rapidement plusieurs récits et permet à la revue d'être diffusée par Gallimard. Pour Franck Bourgeron, Olivier Jouvray, Sylvain Ricard - de grands noms dans la bande dessinée - et leurs talentueux complices que sont l'écrivain Virginie Ollagnier et le journaliste David Servenay, le collectif est au centre du projet de la Revue dessinée

 

Une réunion d'auteurs au regard très divers s'interroge sur l'état de la société, ce qui éloigne les gens dans un pays, une région, un quartier, et ce qui les rapproche... Des auteurs qui n'ont pas l'ambition d'aller au bout du monde - ils n'en ont de toute façon pas les moyens financiers ! - mais qui désirent parler de sujets qui touchent les gens au quotidien, des sujets de proximité. 

 

 


La revue dessinée, Tome 1 sur BDfugue.com

 

 

On peut lire dans la revue des récits journalistiques avec diverses formes de narration et des univers graphiques bien différenciés, mais à la manière de XXI, c'est un "mook" c'est à dire un hybride de magazine et de livre où le travail de journaliste est augmenté d'un regard personnel. Plus que des exclusivités, c'est de la chair et de l'incarnation qui sont recherchées. 

 

Des chroniques musicales, une histoire de l'informatique ou des théories économiques viennent s'insérer entre des reportages ponctuels, comme des contrepoints plus légers à des sujets beaucoup plus dramatiques. La Revue Dessinée prend naturellement dans un courant qui fait florès, celui de la BD reportage, illustrée par Joe Sacco, Guy Delisle et bien d'autres. 

 

 

La revue dessinée, tome 2, sur BDfugue.com

 

 

Un genre d'album qui se vend très bien, souvent à un public différent des lecteurs BD habituels, plus féminin, plus jeune, attiré par l'info avant la bande dessinée. En cette fin d'année paraît donc le deuxième numéro de la Revue, avec une superbe couverture de Beb Deum, et il ne déçoit pas !!!

 

Citer une contribution plutôt qu'une autre serait injuste tant le niveau est élevé, mais j'ai mes petits préférés : le fonctionnement au quotidien de la ménagerie du Jardin des Plantes, croqué par Marion Montaigne me fait mourir de rire ! Et la visite à Fukushima d'Emmanuel Lepage m'émeut énormément. 

 

Après le superbe Printemps à Tchernobyl (Futuropolis), ce dessinateur exceptionnel réussit une fois de plus à décrire une catastrophe humaine épouvantable à l'aide d'images splendides et justes !!!