Si La guerre des mondes de Wells m'était contée, j'y prendrais un plaisir extrême

Florent D. - 10.01.2017

Bande Dessinée - La guerre des mondes BD - HG Wells adaptation - Glénat Cifuentes Dobbs


Les romans de HG Wells sont connus de tous – ou alors, devraient l’être. La maison Glénat a décidé de monter une nouvelle collection de six BD, inspirée de ses livres, avec La machine à explorer le temps et La guerre des mondes qui ouvrent le bal. Très personnellement, le premier, en roman, ne m’avait pas fait vibrer. En revanche, cette histoire d’invasion extra-terrestre, ça a toujours eu de la gueule.

 

 

 

Allons-y brut de décoffrage : l’ouverture sur une planète morte – inidentifiable au demeurant – avec en seconde case, la vilaine main d’un vilain alien, toute crochue et proche de celle d’un Predator, ne laisse aucune place au doute. « Personne n’aurait cru dans les dernières années du XIXe siècle que les choses humaines fussent observées de la façon la plus pénétrante et la plus attentive, par des intelligences supérieures », lit-on en introduction.

 

S’il reste pour le lecteur la moindre hésitation, alors avouons que l’on ne peut plus rien pour lui/elle. Cette adaptation en BD tire joyeusement profit de l’imaginaire déployé par Wells pour lui donner des teintes et couleurs bien contemporaines. Et ça marche, oh bon sang oui, ça marche. La guerre des mondes est signée de Dobbs pour le scénario, et Vicente Cifuentes est au dessin.

 

 

 

 

 

Seuls ceux/celles qui n’ont pas encore lu le roman de HG Wells se demandent encore comment se diptyque finira (rendez-vous le 29 mars pour le savoir, d’ailleurs). Pour les autres, il suffira de s’installer confortablement dans un fauteuil pour savourer un graphisme prenant, bien installé dans cette atmosphère britannico-futuriste. Car les Martiens débarquent et ils le font avec classe, élégance et destruction minutieuse.

 

Oh, je ne choquerai personne en assurant que leurs intentions sont passablement hostiles et leurs manières un peu rudes. La chose est plaisamment rendue, et les cadavres finissent par s’empiler – ou plutôt non : ils ne s’empilent pas, ils sont réduits en cendre. Donc ils se volatilisent. Et c’est pour le mieux : on aime se faire peur, redouter la fin de l’espèce humaine, d’accord, mais qu’elle soit bellement orchestrée.

 

Sincèrement, on aurait voulu ne pas connaître la fin, pour savourer plus encore le déroulé de l'histoire. C’en devient presque regrettable.

 

Pour la suite des événements, Glénat prépare L’homme invisible, sacré vaurien, çui-là aussi ainsi que L’île du Docteur Moreau (un volume). Oui, ce ne sont pas six œuvres inspirées de Wells, mais 4, avec deux diptyques. Tout cela est bel et bon, sans mentir, ça se lit comme du petit lait, et ça fait plaisir aux yeux. Que des bonnes choses.

 

 


Pour approfondir

Editeur : Glenat
Genre :
Total pages : 56
Traducteur :
ISBN : 9782344005972

La Guerre Des Mondes T.2

de Dobbs ; Cifuentes, Vicente ; Arancia Studio(Auteur)

Voilà plusieurs jours que des projectiles précis et réguliers frappent la Terre depuis la Planète Rouge. Dans la petite bourgade d'Ottershaw en Angleterre, le Professeur Ogivly a du mal à croire à la théorie d'une attaque extraterrestre émise par son jeune élève. Pourtant, lorsqu'un météore tombe non loin de chez lui, il découvre, niché en son cratère, un cylindre géant qui ne peut qu'être l'oeuvre d'une civilisation supérieure. Et il apprend à ses dépens que cette dernière n'a pas véritablement d'intentions pacifiques.

J'achète ce livre grand format à €