Silex and the city, Jul 

Clément Solym - 02.11.2009

Bande Dessinée - silex - city - prehistoire


La famille Dotcom vit en harmonie avec son époque : bienvenue en 40.000 av. J.-C., alors que les mammouths sont encore partie intégrante du quotidien, que les hominidés croisent les cannibales, et les grands singes revendiquent leur liberté de penser. Ou presque. Spam Dotcom est professeure de préhistoire géographie. Son mari, Blog, enseigne la chasse. Ils ont un fils, URL, alter-darwiniste, prônant un retour des animaux dans leur environnement – et donc la réintégration des ours dans les grottes, belle image d’Épinal. La fille, Web, tombera amoureuse du fils à papa de la vallée, celui qui dirige EDF, Énergie Du Feu, et a dressé son crocodile, Lacoste, à aborder les filles.

Mais voilà, dans la vallée, c’est la crise : le port du poil en cours pose problème, les professeurs du secondaire sont mieux payés que ceux du quaternaire, une honte. Et la délocalisation menace alors que le volcan d’EDF a récemment été privatisé : la grève n’y changerait rien… Alors, Blog va prendre son courage à deux mains et fonder son parti. Une véritable ascension politique à entreprendre, avec un slogan fort : Silex We Can. Ou encore, Evoluer plus pour gagner plus. Avec un fils dans les pattes, une fille amoureuse et une femme convaincante, dur de s’y retrouver… Mais Blog va prendre son travail de néopaléopolitique très à cœur.

Pas besoin d’en rajouter, cette BD est bourrée de bonheur humeur et de talent, avec une force bobo tranquille, une quiétude critique sereine et une mise en perspective de nos conflits contemporains tout à fait impertinente. C’est drôle, le trait du dessin est moche, mais c’est un régal, l’histoire ne vole pas au-dessus des pâquerettes, mais on aurait tort de croire qu’elle est innocente… En bref, la valeur n’attend pas le nombre des vallées.

Entre itinéraire d’un homo sapiens sapiens découvrant les conflits d’intérêts et l’homme au foyer qui doit faire face aux complexités de son rôle de père, Blog est un personnage supra-attachant, dans un monde qui change. Et si « les mammouths sont un détail de notre histoire », tente-t-il pour séduire un électorat d’extrême-droite (vive les références), il se rend bien vite à la raison : les humains, de son époque, ne sont pas prêts pour la démocratie.

Parce qu’il faut pourtant lutter contre la prolifération de chasseurs polonais dans la vallée, que le trou de la sécu (on vous laisse découvrir…) ne nécessite pas forcément d’être comblé pour que l’on mange à sa faim. Voilà un titre plein d’avenir et porteur d’un message d’espoir pour des siècles et des générations futures. Si, si. Enfin...