Tyler Cross de Nury et Brüno : entre rouge vif et noir foncé

Clément Solym - 21.10.2013

Bande Dessinée - Fabien Nury - Brüno - polar


Pourquoi et comment Brüno a-t-il attendu si longtemps pour mettre son dessin époustouflant au service du roman noir ? C'est la question qu'on peut se poser en savourant les planches de « Tyler Cross », l'album qu'il dessine sur un scénario béton de Fabien Nury et que Dargaud vient de publier.




 

Un récit drôle et haletant

 

En BD, comme en roman ou en cinéma, le noir le plus sombre s'obtient avec des ingrédients soigneusement sélectionnés : un héros solitaire dont la vie semble fichue, une situation impossible dans un bled paumé tenu par une poignée de sales types, une belle blonde qui mériterait mieux que le type à qui elle est destinée, puis un paquet de fric qui sème le bordel tout au long de l'histoire.

 

Tout y est, dès le début : Tyler Cross débarque à Black Rock, un village isolé, portant un sac d'héroïne qu'il a volé à la mafia. L'accueil n'est pas franchement chaleureux. Dans quelques jours, la belle fille du coin va épouser l'un des trois héritiers du magnat du pétrole qui dirige la ville sans partage. Tyler Cross n'est pas un ange. Il est armé, acculé, prêt à tout pour sauver sa peau et pour frapper dur là où ça fait mal. Il n'aurait jamais dû faire étape à Black Rock...

 

Fabien Nury ne lésine par sur les stéréotypes, mais précisément, cette fidélité à la ligne pure et dure du genre est tellement soulignée qu'on a l'impression que tout se joue au second degré, sur un autre plan. Et c'est là qu'intervient la magie du dessin de Brüno.

 

Un bout de planche

 

 

Une ligne claire noir foncé

 

Le dessin de Brüno est aussi reconnaissable que le tréma sur son ü. On l'a vu à l'œuvre dans des registres aussi différents que la farce décalée dans Commando Colonial (avec Appollo, chez Dargaud également), le western dur à cuire (Junk chez Treize étrange sur un excellent scénario de Pothier) ou l'anticipation allumée en hommage aux séries B de SF (Lorna, sur scénario de lui-même).

 

La plupart du temps, son trait épais et ses couleurs en à-plat et, surtout, son goût immodéré pour l'épure géométrisée dans les visages, servaient bien le ton décalé des scénarios. Ici, le travail est assez différent : dessiné par Vance ou Boucq, la même histoire n'aurait pas atteint le même niveau d'étrangeté naturelle, qui transforme cette histoire noire en sorte de conte universel.

 

Cinquante ans après l'apogée du genre au cinéma, le polar noir de noir semble en effet aujourd'hui appartenir à un registre proche de celui des contes pour enfants : hyper codé, arc-bouté sur des stéréotypes reconnaissables au premier coup d'œil, il fait appel à des personnages puissants et manichéens pour entraîner l'adhésion du lecteur sur la figure du héros – faible et porté sur la boisson cela va sans dire, malhonnête et violent quand il le faut, c'est tout aussi prévisible –, pour faire naître en lui l'envie de voir le personnage principal se dépêtrer de ce sac d'embrouilles.

 

L'univers graphique de Brüno et son utilisation habile des plans et des cadrages (regardez comme il prend plaisir à dessiner chaque apparition du grand méchant barbu en contre-plongée pour le rendre plus menaçant) rendent la lecture très fluide. Ils permettent aussi une mise à distance de l'ultra-violence de certaines scènes et une esthétisation permanente de l'histoire qui semble rappeler sans cesse que ceci n'est jamais qu'une fable. Brutale, sauvage et désespérée, sans doute, mais aussi drôle, enlevée et très très noire.

 

Un vrai régal.

 


Un autre bout de planche




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.